BFMTV

Crash de l'A320: l'enquête dévoile la fragilité émotionnelle d'Andreas Lubitz

Une stèle a été installée dans le village de La Vernet en l'hommage des 150 victimes.

Une stèle a été installée dans le village de La Vernet en l'hommage des 150 victimes. - Jeff Pachoud - AFP

Andreas Lubitz, le copilote allemand de l'Airbus A320 semble avoir fracassé délibérément son avion sur une montagne des Alpes. La presse allemande révèle ce vendredi qu'il avait souffert d'une grave dépression, des "indices" ont été collectés par la police à son domicile.

>> L'ESSENTIEL:

  • Le jeune copilote de l'Airbus A320 de la Germanwings aurait volontairement précipité l'avion contre la montagne, d'après les révélations du procureur hier. La presse allemande évoque vendredi une grave dépression d'Andreas Lubitz en 2009.
  • Cette hypothèse a provoqué la stupéfaction en Europe, et notamment en Allemagne d'où étaient originaire le copilote et 75 victimes du crash.
  • La recherche de la deuxième boîte noire se poursuit dans les Alpes.
  • En Allemagne notamment, les deux domiciles du jeune homme ont été perquisitionnés. Sa petite amie a été entendue par les enquêteurs.

>> Ce live est désormais terminé. Retrouvez la synthèse des infos de la journée ici.

20h - Une nouvelle perquisition au domicile d'Andreas Lubitz

Une nouvelle perquisition a lieu vendredi soir dans l'appartement du copilote à Düsseldorf, selon une information BFMTV. Jeudi, les enquêteurs se sont rendu au domicile d'Andreas Lubitz et à celui de ses parents à Montabaur. Déjà des arrêts maladie détaillés et déchirés ont été retrouvés dans les affaires du copilote.

19h30 - Germanwings va verser une première aide de 50.000 euros aux proches des victimes

La compagnie aérienne Germanwings a annoncé vendredi qu'elle allait verser une première indemnisation de 50.000 euros par passager aux proches des victimes du crash de son A320. Cette aide doit permettre aux familles de faire face aux dépenses immédiates. La somme ne devra pas être remboursée, précise le porte-parole de la compagnie. La question de l'indemnisation des victimes est régie par la Convention de Montréal qui fixe cette compensation à 145.000 euros environ par personne.

19h10 - Air France et KLM va mettre en place "dans les meilleurs délais" la double présence dans les cockpits

Le groupe français Air France KLM a indiqué vouloir mettre en place "dans les meilleurs délais" la règle des deux membres d'équipage en permanence dans les cabines des avions, comme le recommande vendredi l'Agence eiropéenne de sécurité aérienne.

18h50 - Le Portugal impose à son tour la présence de deux personnes en cabine dans les avions

Imitant l'Autriche ou plusieurs compagnies européennes, le Portugal a décidé d'adopter la règle des deux membres d'équipage en permanence dans le cockpit des avions de toutes les compagnies dont le siège se trouve sur le territoire portugais. Cette mesure va concerner la compagnie nationale TAP Portugal, mais aussi Portugalia, SATA Air Açores, SATA International, EuroAtlantic Airways, White Airways et Hi Fly.

18h30 - "Il peut aussi s'agir d'un déni de maladie", assure un expert

Le procureur de Düsseldorf a annoncé vendredi que le copilote, soupçonné d'être responsable du crash de l'Airbus A320, avait caché des arrêts-maladie qui courraient le jour-même du crash. Pour Frédéric Rouillon, professeur en psychiatrie à l'université Paris-Descartes, cela "peut vouloir dire qu’il a prémédité son geste". "Il peut aussi s’agir d’un déni de la maladie ou il pouvait aussi considérer qu’il ne devait pas être retiré de son travail", poursuit le spécialiste sur le plateau de BFMTV.

Concernant le suicide présumé du jeune copilote, Frédéric Rouillon insiste sur le fait qu’"il a parfois des gens qui commettent un geste suicidaire très impulsif à la faveur d’une grande déception sentimentale, par exemple, ou d’un grand deuil, ou d’une menace de licenciement".

18h10 - Une messe en hommage des victimes célébrée samedi à Digne

Une messe sera célébrée samedi à Digne, dans les Alpes-de-Haute-Provence, en hommage aux 150 victimes du crash de l'avion de Germanwings et de leurs familles. L'office entièrement religieux aura lieu à 10h30 en la cathédrale Notre-Dame-du-Bourg.

17h25 - Les pertes humaines et celles de l'avion seront indemnisées

Les pertes humaines consécutives au crash de l'A320 de Germanwings, ainsi que l'avion détruit, seront indemnisés par les assureurs, même si l'accident a délibérément été provoqué, ont indiqué des sources proches du dossier. "Le fait que ce soit un suicide ne change rien à l'assurance. (...) Il n'y a pas d'exclusions", a expliqué une source du secteur de l'assurance.

17h10 - L'Agence européenne de la sécurité aérienne pour la règle des deux personnes en permanence dans le cockpit

L'Agence européenne de la sécurité aérienne recommande la présence constante de deux membres d'équipage en permanence dans le cockpit, dont "au moins un pilote qualifié". Dans une recommandation qu'elle qualifie de "temporaire", publiée sur son site, l'Agence estime que les compagnies doivent "réévaluer les risques [...] associés au fait qu'un membre d'équipage quitte le cockpit du fait de besoins opérationnels ou physiologiques".

16h50 - Trois gendarmes français en Allemagne pour enquêter sur le copilote

Trois gendarmes français, le patron de la police judiciaire de la gendarmerie nationale et deux enquêteurs de la gendarmerie des transports aériens arrivent en Allemagne pour assister les autorités allemandes, selon une information BFMTV. Concernant l'enquête, deux perquisitions du domicile du copilote et de sa petite-amie ont été menées. Cette dernière a également été entendue par la police.

16h40 - Andreas Lubitz avait consulté à l'hôpital psychiatrique de Düsseldorf en mars

Le copilote, soupçonné d'être responsable du crash de l'A320, avait consulté dans un centre hospitalier de Düsseldorf en février et en mars. Sa dernière consultation remonte au 10 mars. Le centre hospitalier universitaire de Düsseldorf précise simplement que le jeune homme a subi des examens mais ne peut donner de détails en raison du secret médical auquel il est tenu. Selon le centre, Andreas Lubitz n'a jamais été soigné dans ses services pour une dépression.

16h20 - Les premiers prélèvements ADN analysés aujourd'hui

Deux prélèvements ADN ont eu lieu sur les familles du pilote et du copilote à leur arrivée en France, selon une information BFMTV. Douze familles de victimes allemandes volontaires ont également été soumises à des prélèvements d'ADN. Toutes les familles des victimes espagnoles ont elles subi ces analyses en Espagne.

16h - La gendarmerie annonce n'avoir retrouvé aucun corps intact

Un point-presse a eu lieu dans l'après-midi à Seynes-les-Alpes pour faire état de l'avancée des recherches dans la zone du crash de l'A320 de la Germanwings. "Nous n'avons pas retrouvé un seul corps intact", a annoncé à cette occasion Patrick Touron, colonel de gendarmerie. Précisant que des "éléments de corps et des éléments biologiques qui sont en cours d'examen". Un chaîne médico-légale d'urgence a été déplacée sur les lieux du crash pour tenter d'identifier les victimes. Un lecteur biométrique est également en cours d'acheminement pour lire les empreintes digitales.

Patrick Touron a également expliqué qu'une équipe en région parisienne dont la mission est de "prendre contact avec les familles des victimes de manière à récupérer des éléments biologiques, des empreintes digitales, des éléments dentaires" qui serviront lors de la phase de comparaison.

15h20 - L'UE envisage d'imposer deux personnes dans le cockpit

La Commission européenne a annoncé réfléchir à une réglementation imposant la présence en permanence de deux membres d'équipage dans le cockpit des avions. Plusieurs compagnies aériennes européennes ont déjà décidé de mettre en place cette mesure.

15h - La Lufthansa nomme un pilote en charge de la sécurité

Trois jours après le crash de l'avion de la Germanwings, filiale de la Lufthansa, la compagnie aérienne allemande a annoncé la nomination d'un pilote en charge "d'examiner et de faire évoluer les procédures de sécurité" de tout le groupe. Le poste a été confié à Werner Maas qui occupe déjà cette fonction à la Lufthansa et devra rendre compte directement à Carsten Spohr, le patron du groupe qui englobe, en plus de la Lufthansa et Germanwings, Swissn Austrian Airlines. et la filiale de fret Cargo.

14h40 - Le secret médical doit-il être limité pour les pilotes?

Le procureur de Düsseldorf a confirmé en début d'après-midi qu'Andreas Lubitz suivait bien un traitement médical au moment du crash de l'A320 dans les Alpes et qu'il était arrêté pour la journée de mardi. Pour Christoph Kumpa, cela "conforte l'hypothèse que le copilote avait caché sa maladie à son employeur", a déclaré Christoph Kumpa.

Ces informations pose la question de la confidentialité du dossier médical des pilotes. "Le médecin qui délivre des arrêts de travail a-t-il le droit d’informer la compagnie aérienne s’il sait que son patient est pilote, s'interroge Jean Serrat. Où s'arrête le secret médical?" Le consultant aéronautique de BFMTV assure que ce cas prouve que le secteur est à la limite d'un système qui englobe toutes les compagnies aériennes.

14h20 - Les compagnies allemandes adoptent la mesure des deux personnes obligatoires dans le cockpit

Les compagnies aériennes allemandes vont se plier elles-aussi à la règle des deux membres d'équipage présents dans le poste de commandement lors d'un vol. L'annonce a été faite par la fédération allemande du secteur aérien, qui comptent notamment Germanwings, filiale de la Lufthansa.

13h50 - Corsair et Thomson Airways appliquent eux-aussi la règle des deux membres d'équipage

La mesure va devenir la règle. Après Easyjet, Air Transat ou Flyniki, le transporteur français Corsair et le britannique Thomson Airways vont imposer à leur équipage la présence de deux personnes en permanence dans le cockpit de leurs avions. "La mise en oeuvre est immédiate et applicable sur l'ensemble des vols de la compagnie", a précisé Corsair dans un bref communiqué. Thomson rend elle aussi cette consigne immédiate.

De son côté, Air France a expliqué ne pas vouloir agir dans la précipitation. La direction de la compagnie française assure suivre "avec la plus grande attention l'évolution et les résultats des enquêtes judiciaire et technique".

13h - L'Autriche impose deux personnes en permanence dans le cockpit

L'autorité aérienne autrichienne Austro Control a pris la décision d'imposer la présence de deux membres d'équipage dans les cabines de pilotage tout au long des vols. En pratique, cette mesure va s'appliquer aux deux compagnies aériennes autrichiennes, Austrian Airlines et Flyniki. Le ministère des Transports a également annoncé qu'il souhaitait qu'"une réglementation européenne soit adoptée au plus vite".

12h40 - Le copilote devait être en arrêt de travail le jour de l'accident

Selon le parquet de Düsseldorf, Andreas Lubitz avait caché qu'il était en arrêt de travail le jour du crash de l'Airbus A320. Après la perquisition de son domicile, les enquêteurs allemands ont retrouvé des formulaires d'"arrêts maladie détaillés" et "déchirés". Ces documents concernaient aussi "le jour des faits", indique la justice dans un communiqué, sans préciser la nature de la maladie justifiant cet arrêt. Cette découverte atteste d'"une maladie existante et de traitements médicaux correspondants".

En revanche, aucun message relatif à un suicide, de lettres d'adieux ou de revendications religieuses ou politiques n'ont été retrouvés au domicile d'Andreas Lubitz.

12h15 - Le frère d'une victime "fâché" face à l'état psychologique du pilote

Sur BFMTV, Claude Driessens, le frère de la victime belge du crash met en cause la compagnie Germanwings. Il se dit "fâché qu'ont ait laissé aux commandes un pilote qui n'était pas en parfaite santé psychologique". Il s'interroge aussi sur la présence du copilote seul dans le cockpit. Alors que de nombreuses familles se sont rendues sur les lieux du crash jeudi lui a décidé de ne pas y aller. "Je ne veux pas me rendre sur place, c'est trop horrible". 

11h20 - Les opérations de recherche continuent

Trente-sept secouristes et onze gendarmes de la police scientifique sont dépêchés sur la zone d'impact de l'appareil. Sur place, un gendarme du peloton de haute montagne assure un enquêteur en cordée. Des experts et des légistes étudient les éléments trouvés sur la zone. 

Par ailleurs, une quarantaine d'enquêteurs travaillent dans un laboratoire mis en place à Seyne-les-Alpes et s'occupent d'analyser les prélèvements.

11h10 - Seyne-les-Alpes prête à accueillir d'autres familles

Lors d'un point presse, le maire de la commune de Seyne-les-Alpes a indiqué que 250 personnes avaient participé à la journée de recueillement jeudi. "La plus grande partie des familles sont reparties hier soir (...). Une vingtaine de personnes sont restées dans la vallée. Aujourd'hui arrivent encore de manière effilée plusieurs familles, nous sommes organisés et prêts à les recevoir", a-t-il déclaré.

10h50 - Des saisies d'indices au domicile d'Andreas Lubitz

La police allemande affirme vendredi avoir saisi des indices à l'un des domiciles du copilote soupçonné d'avoir provoqué l'accident de l'A320. "Il s'agit de divers objets et papiers", a affirmé un porte-parole de la police de Düsseldorf. "On verra si (les indices saisis) apportent finalement des éléments de preuve".

10h25 - Les experts veulent rassurer sur les voyages en avion

Après le crash de l'avion, les experts veulent se montrer rassurants sur la peur en avion. "Il y a des failles", reconnaît Xavier Tylelman, spécialiste aéronautique et formateur au Centre de la peur en avion. "L'année dernière a donné l'impression d'une année horrible, explique-t-il sur BFMTV, il y en a eu 7 sur 37 millions de vols (...) c'est faible". 

10h - La question du traitement médicamenteux

La presse allemande évoque une grave dépression du copilote en 2009 qui depuis était sous traitement "médical particulier et régulier". Samuel Lepastier, psychiatre, explique que "certains médicaments psychiatriques, en particulier les antidépresseurs ont le pouvoir de libérer certaines inhibitions (...). On retrouve alors quelque chose qui est proche de l'état de l'ivresse." Le psychiatre estime qu'une personne "qui a un traitement psychiatrique" de ce genre, "ne doit pas piloter un avion".

9h30 - Pour le Times, la Lufthansa savait que le copilote était dépressif

Le journal britannique The Times assure que la Lufthansa, la compagnie mère de Germanwings était au courant de la dépression du copilote. D'après le journal qui qualifie Andreas Lubitz de "pilote tueur", il traversait "une crise existentielle" en évoquant une rupture sentimentale.

Lors d'une conférence de presse jeudi, le président de la Lufthansa a déclaré que le pilote avait suspendu sa formation en 2008, sans donner d'explications.

9h20 - Deux personne dans le cockpit, "une demi-solution"

Alors que certaines compagnies ont déjà décidé d'imposer la présence permanente de deux personnes dans le cockpit d'un avion, Eric Derivery, président du SNPL parle sur BFMTV d'une "demi-solution". Pour lui, cette nouvelle règle qui pourrait se généraliser "répond surtout à l'émotion" et ne réglerait pas le problème. Il invoque le fait qu'une personne déterminée sera prête à "maîtriser" la deuxième personne dans le cockpit.

9h05 - "Un geste qu'on n'arrive pas à qualifier" pour Manuel Valls

Pour le Premier ministre, "aucune piste ne peut être écartée", a-t-il déclaré ce vendredi sur iTELE. Mais "tout s'oriente vers ce geste qu'on n'arrive pas à qualifier: criminel, fou, suicidaire...". Manuel Valls a par ailleurs tenu à "saluer" les secours, les forces de gendarmerie mobilisées et les élus locaux.

8h55 - Fuites dans la presse, le SNPL va déposer plainte

Après les révélations du New York Times sur les enregistrements de la boîte noir, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) se dit "très choqué". "Nous avons décidé de déposer plainte contre X pour violation du secret professionnel", indique sur BFMTV Eric Derivry, le président du SNPL. "Nous appelons à une réforme du Bureau d'enquêtes et d'analyses", a-t-il également précisé.

8h30 - La ville d'Andreas Lubitz bouleversée par son geste

Le copilote Andreas Lubitz était originaire de Montabaur, une petite ville proche de Düsseldorf dans l'ouest de l'Allemagne. Les habitants de la ville qui le croisaient parfois sont incrédules. "J'aimerais savoir pourquoi il a fait ça et depuis combien de temps il l'avait en tête", témoigne sur RMC un habitant du quartier où résident ses parents.

8h20 - Une messe d'hommage à Digne

Une messe sera célébrée ce vendredi matin à Digne-les-Bains en hommage aux victimes du crash de l'A320. Jeudi de nombreuses familles de victimes se sont rendues à proximité du lieu où l'avion s'est écrasé, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

7h55 - Andreas Lubitz avait interrompu sa formation 

Andreas Lubitz avait suspendu sa formation entamée en 2008 à cause "de dépressions et de crises d'angoisse", selon le journal allemand Bild. Après un traitement, il avait repris et achevé normalement sa formation avant d'être recruté en 2013 par Germanwings.

7h35 - Le commandant de bord a tenté de forcer le cockpit à la hache

L'enregistrement des dernières minutes avant le crash laisse entendre que le pilote, bloqué à l'extérieur du cockpit a tenté de défoncer la porte de la cabine. Des sources sécuritaires citées par Bild indiquent qu'il aurait essayé de forcer la porte à la hache, un outil qui "fait partie de l'équipement de sécurité de l'A320".

7h25 - Le "geste fou" du copilote à la une de la presse

De nombreux titres de presse en France et à l'étranger consacrent leur Une du jour à Andreas Lubitz. Le jeune pilote tantôt décrit comme "le gendre idéal" cachait aussi "une folie meurtrière", peut-on lire dans la presse.

7h - Une grave dépression en 2009

D'après le quotidien allemand Bild, Andreas Lubitz, le copilote aurait souffert d'une grave dépression il y a six ans. Il était régulièrement suivi depuis selon le journal, qui a eu accès à des documents officiels. Depuis, le jeune homme était sous traitement "médical particulier et régulier".

6h50 - Acte prémédité ou coup de folie ? 

Pour Samuel Le pastier, psychiatre sur BFM rien n'aurait permis de savoir si Andreas Lubitz avait préparé son acte. "En psychiatrie, aucun examen objectif ne permet d'affirmer à coup sûr que quelqu'un est perturbé, que quelqu'un va passer à l'acte".

6h35 - Germanwings va devoir indemniser les victimes

Lors d'un accident d'avion, la compagnie est tenue responsable, même s'il n'y a aucune faute. Dans un premier temps, Germanwings devrait indemniser les familles des victimes. Mais si le suicide du copilote est avéré, la compagnie pourrait voir sa responsabilité limitée et les indemnisations réduites.

6h20 - Andreas Lubitz, un jeune homme tranquille 

Le copilote qui aurait volontairement précipité l'avion contre la montagne est décrit comme un homme tranquille. Agé de 28 ans, Andreas Lubitz avait été recruté en 2013 par la Germanwings et réussit tous les tests. Toutefois, d'après le journal allemand Der Spiegel, il aurait momentanément interrompu sa formation pour cause de "burn-out".

6h10 - Les deux domiciles d'Andreas Lubitz perquisitionnés

Les enquêteurs allemands ont perquisitionné jeudi soir les deux domiciles du copilote de l'A320, dans la région de Düsseldorf. Le parquet de Düsseldorf a ouvert une enquête parallèle aux investigations faites en France. Dans un communiqué, le parquet a évoqué ces perquisitions pour y trouver des "éléments personnels susceptibles d'éclairer les faits". 

La maison des parents du copilote où il habitait a été perquisitionnée.
La maison des parents du copilote où il habitait a été perquisitionnée. © Frederick VOn Erichsen - AFP

5h50 - Plusieurs compagnies imposent la présence de deux membres d'équipage dans le cockpit

Le Canada et plusieurs compagnies aériennes européennes ont imposé la présence de deux membres de l'équipage dans la cabine de pilotage tout au long du vol. La low cost britannique EasyJet, qui a transporté l'an dernier près de 65 millions de passagers en Europe, est toutefois pour le moment la plus importante compagnie aérienne à avoir sauté le pas. Elle a annoncé l'entrée en vigueur dès vendredi de cette mesure.

La fédération allemande du transport aérien (BDL) a aussi annoncé jeudi soir vouloir faire entrer cette règle en vigueur à l'avenir.

5h40 - Le copilote aurait volontairement précipité l'avion sur la montagne

Le jeune copilote allemand de l'A320 de Germanwings est désormais soupçonné d'avoir volontairement précipité l'appareil sur la montagne. Des révélations qui ont frappé de stupeur les familles des victimes, venues jeudi se recueillir sur les lieux du drame.

5h30 - L'OACI rappelle la nécessité d'un suivi psychologique des pilotes

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a réaffirmé la nécessité que les pilotes d'avions fassent l'objet d'un suivi psychologique et physique régulier. "Les pilotes d'avion doivent subir un examen médical périodique (effectué par un spécialiste de la médecine aérospatiale) qui comprend à la fois une évaluation physique et mentale", a indiqué l'agence spécialisée de l'ONU dans un communiqué rappelant ses standards et pratiques recommandées.

"Si ce suivi médical soulève des inquiétudes, d'autres évaluations, plus spécialisées, peuvent être menées, y compris des tests neuropsychologiques", ajoute l'OACI, qui est basée à Montréal.