BFMTV

Andreas Lubitz, un gendre idéal pour ses voisins

Andreas Lubitz, le copilote soupçonné d'avoir fait se crasher l' A320 de la Germanwings.

Andreas Lubitz, le copilote soupçonné d'avoir fait se crasher l' A320 de la Germanwings. - Capture Andreas Lubicz - Facebook

Andreas Lubitz, un jeune homme tranquille aux airs de gendre idéal, qui habitait encore chez ses parents et ne présentait a priori aucune motivation terroriste: tel est le profil du copilote soupçonné d'avoir précipité l'A320 de Germanwings sur les Alpes françaises.

48h après le drame qui a coûté la vie à 150 personnes, Andreas Lubitzle copilote de l'A320 de Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes françaises, est désormais au coeur de l'enquête. L'homme, âgé de 28 ans, est soupçonné d'avoir volontairement précipité l'avion au sol. C'est en effet lui qui, alors "seul aux commandes", "a manipulé le 'flight monitoring system' pour actionner la descente de l'appareil. L'action sur ce sélectionneur d'altitude ne peut être que volontaire", a détaillé jeudi Brice Robin, le procureur de Marseille en charge de l'enquête judiciaire, lors d'une conférence de presse à Marignane.

>> EN DIRECT - Suivez les dernières infos sur le crash de l'A320 avec notre live

Andreas Lubitz, 630 heures de vols et un "trou" dans son parcours

Mais qui était Andreas Lubitz? Si peu d'infos filtrent pour l'instant sur son profil et son passé, on sait qu'il avait commencé à travailler chez Germanwings en septembre 2013, juste après la fin de sa formation au sein du centre de pilotage du groupe Lutfhansa à Brême (Allemagne) et après avoir obtenu un certificat à Phoenix, en Arizona (Etats-Unis).

"En septembre 2013, il est devenu premier officier (copilote, ndlr) d’un A320, a confirmé Carsten Spohr, en détaillant le parcours du jeune homme au sein de la compagnie Germanwings. Il était 100% apte à piloter un avion. Ses capacités techniques étaient excellentes, sans exception." Andreas Lubitz avait à son actif 630 heures de vol. Conduire des avions était le rêve d'enfance de ce passionné d'aviation.

Un mystère demeure toutefois dans son parcours. Alors qu'il avait entamé sa formation en 2008 avant toutefois une interruption "de plusieurs mois" il y a six ans dont il n'a pas donné les raisons. Interrogé à ce sujet jeudi, le patron de la Lufthansa a été incapable d'expliquer les raisons de ce "trou" dans le parcours d'Andreas Lubitz, assurant toutefois qu'Andreas Lubitz était "apte à piloter à 100%", car ayant passé tous les tests -techniques et mentaux- de la Lufthansa, "un compagnie qui a la sécurité pour priorité", a encore martelé Carsten Spohr.

Mais la version relayée par le quotidien Der Spiegel est plus problématique. Ainsi, Andreas Lubitz aurait-il, selon certains de ses amis, interrompu sa formation pour cause de "burn-out". Matthias Gebauer, correspondant du site du journal a twitté: "Des camarades du copilote qui a crashé le vol 4U9525 ont dit à des reporters allemands qu'il avait fait un break de six mois, interrompant sa formation en 2009 à cause d'un syndrome de burn-out".

L'image du gendre idéal

Le jeune homme, originaire de la commune de Montabaur, en Rhénanie-Palatinat, vivait chez ses parents tout en ayant un appartement à Düsseldorf (ouest), base importante pour la compagnie Germanwings et destination du vol en provenance de Barcelone qui s'est écrasé, selon les déclarations de Gabriele Wieland, maire de la petite ville, à l'agence de presse allemande DPA.

Chez ses voisins, l'incompréhension demeure. Tout sourire sur la photo le montrant devant le Golden Gate de San Francisco qui circule depuis jeudi, Andreas Lubitz est décrit comme un jeune homme sans histoire, calme, souriant, poli, d'humeur constante et sportif émérite. L'image type du gendre idéal, au-dessus de tout soupçon. Andreas Lubitz avait une petite-amie, avec qui il partageait son goût pour la course à pied. "Il avait une bonne hygiène de vie, il avait l'air toujours en forme. Je le voyais souvent faire son jogging", raconte ainsi un de ses voisins, à Montabaur. "Je n'arrive pas à croire qu'il ait voulu se tuer".

"Pas répertorié comme terroriste"

Andreas Lubitz "est de nationalité allemande et n'est pas répertorié comme terroriste", a indiqué Brice Robin, jeudi matin. "La gendarmerie française est en étroite collaboration avec les autorités judiciaires et policières allemandes concernant les recherches sur l'environnement du copilote", a-t-il ajouté.

L'absence apparente de motivation terroriste a été confirmée par le gouvernement allemand. "Après le recoupement des informations dont nous disposons sur lui (...), il n'y a pas de contexte terroriste", a déclaré le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière.

"Rien ne pourrait empêcher un tel acte"

Andreas Lubitz était membre d'un club privé d'aviation, LSC Westerwald, et était un amateur de course à pied, d'après des classements des courses auxquelles il avait participé. Des éléments qui ne permettent pas, pour l'heure, d'éclairer sur les motivations du jeune homme pour expliquer son geste. "Pour l’instant, nous ne pouvons que spéculer sur les motifs de cet accident, nous ne savons pas ce qui a causé ce geste du copilote", a réagi jeudi Carsten Spohr. "Aucun système au monde ne pourrait empêcher" l'acte du copilote, a-t-il souligné. "Quelles que soient les mesures de sécurité que vous pouvez avoir dans une société, quelle que soit la rigueur des procédures, rien ne pourrait empêcher un tel acte isolé", a-t-il insisté.

S. C. et D. N.