BFM Pratique

Boîte de vitesse : ce qu'il faut savoir avant de faire son choix

-

- - -

Depuis plusieurs années, les boîtes de vitesse automatiques sont de plus en plus répandues, au détriment de leur variante manuelle. Quels critères doivent être pris en compte avant de choisir le système de transmission de votre voiture ?

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFMTV.com

Système hydraulique ou mécanique, la boîte de vitesse a pour fonction de faire avancer ou reculer un véhicule en transmettant la puissance et le couple moteur aux roues par l’intermédiaire d’un arbre de transmission. Cela permet de faire tourner les roues plus vite que le moteur afin d’accroître la longévité de ce dernier (diminution de régime et économie de carburant). Actuellement, les examens de conduite et de Code de la route peuvent être passés avec une voiture à boîte de vitesse automatique. Toutefois, le permis obtenu fait mention d’une interdiction de conduire une automobile à transmission manuelle.

1/ La boite de vitesse manuelle

Ce type de boite de vitesse fournit au conducteur une maîtrise totale du changement de rapports. Ce type de boîte de vitesse permet d’alterner une conduite sportive (en poussant chaque vitesse jusqu'au seuil limite de tours par minute que peut réaliser le moteur) et souple (en effectuant un changement de rapports à bas régime, diminuant ainsi la consommation de carburant de manière considérable). Parfois, la boite de vitesse manuelle est dotée d’un sixième rapport conçu pour rouler sur une autoroute.

Même si elle s’avère moins confortable selon certains conducteurs (notamment pour une conduite en ville), la boîte de vitesse manuelle équipe la plupart des véhicules européens. Elle dispose :

D’une pédale d’embrayage sur laquelle il faut appuyer avant d’actionner le levier de vitesse ;
De cinq, voire six vitesses pour les nouveaux modèles de voitures ;
D’un système mécanique permettant au conducteur de gérer le changement de rapports ;
D’une transmission en bas régime conçue pour économiser du carburant et adaptée à une conduite souple ;
De trois arbres (primaire, secondaire et tertiaire) avec des pignons de rapports (hélicoïdaux) et de marche (à denture), des crabots, des synchroniseurs et des fourchettes reliées au levier de commande.

2/ La boite de vitesse automatique

Actuellement, de plus en plus d’automobilistes optent pour la boîte de vitesse automatique qui historiquement en Europe n’a jamais été généralisée par les constructeurs automobiles qui lui ont toujours préféré le système de boite manuelle (contrairement à un pays comme les Etats-Unis où les boites automatiques sont très largement majoritaires).

Démunie de pédale d’embrayage, qui est remplacée par un convertisseur de couple hydraulique (équipé d’une pompe à haute pression semblable à une turbine), la voiture ne risque plus les pannes liées à cet équipement et gère son changement de rapports en fonction de l’accélération impulsée par le conducteur grâce à un liquide spécial appelé ATF (Automatic Transmission Fluid). Bien qu’elle consomme davantage de carburant que sa variante manuelle, la boite de vitesse automatique est économique quand le trafic est lent ou quand il nécessite des changements de vitesse fréquents.

Elle peut aussi être équipée d’un CVT (boîte de vitesse automatique à convertisseur hydraulique) qui permet d’économiser du carburant et de réduire considérablement les émissions de CO2 dans l’atmosphère. Dotée d’une transmission à variance continue, elle diminue efficacement le bruit du moteur.

Sachez tout de même qu’en général, une voiture équipée de ce type de boite de vitesse est plus chère à l’achat qu’une voiture avec boite manuelle et que sa revente peut s’avérer plus difficile.

3/ Autres boites de vitesse

Il existe d’autres systèmes de boite de vitesse plus confidentiels ou destinés à des usages très particuliers qui s’approchent en termes de conception d’une boite de vitesse manuelle.

Tout d’abord, la boîte de vitesse automatique robotisée à double embrayage (DSG, PDK ou EDC) est un type de boite caractérisé par un relais entre deux demi-boîtes de vitesse et un temps de latence réduit lors des passages de rapports ou en cas d’à-coups. Permettant des changements de vitesse rapides et sans rupture de couples tout en conservant l’autonomie du conducteur, cette boîte de vitesse peut fonctionner en mode automatique (le véhicule gérant son système de transmission) ou manuel (l’automobiliste devant changer les rapports en utilisant un levier de vitesse ou des palettes sur le volant). La boite de vitesse à double embrayage reprend quant à elle le principe d’une boite robotisée en évitant deux défauts d’importance : la lenteur d’exécution et la perte de couple lors d’un changement de vitesse.

Il existe également une boîte de vitesse séquentielle qui est généralement destinée à un usage en compétition. Associée à une transmission automatique, elle est dépourvue de pédale d’embrayage, les commandes étant intégrées au volant (à droite pour augmenter la vitesse et à gauche pour rétrograder). Munie de capteurs, d’un calculateur et de servomoteurs hydrauliques ou électriques, cette boîte de vitesse commercialisée vers le début des années 2000 est plus réactive par rapport à ses variantes.

Pour finir, sachez que les véhicules électriques ne disposent pas pour le moment de boite de vitesse.

BFM Pratique Auto