BFMTV

Pour Mélenchon, Macron est "en train de se griser de sa toute-puissance"

Jean-Luc Mélenchon, député de la 4e circonscription des Bouches-sur-Rhône et président du groupe La France insoumise à l'Assemblée, était ce mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invité mercredi matin sur BFMTV et RMC, Jean-Luc Mélenchon estime que "le chemin qui est pris est celui du coup de force", au lendemain du discours de politique générale d'Edouard Philippe à l'Assemblée, au cours duquel le Premier ministre a présenté sa feuille de route. Aucun député La France insoumise n'a voté mardi la confiance au gouvernement, souligne-t-il.

"J'ai parlé du coup d'état social, ça, oui je le maintiens. Le Code du travail ce n'est pas le Code de la route. Tout ça est modifié", s'insurge Jean-Luc Mélenchon, "sans que nous puissions toucher, nous parlementaires qui sommes la représentation du peuple, une ligne, un adjectif".

Le député des Bouches-du-Rhône dénonce ici le recours du gouvernement aux ordonnances pour réformer le travail. "C'est un coup de force inouï", martèle Jean-Luc Mélenchon, "parce que la masse du Code du travail, c'est un concentré de l'histoire de la lutte des classes dans notre pays, ce sont des millions de compromis faits entre patronat et syndicats".

Appel à manifester le 12 juillet

Contre cette réforme, La France insoumise lance un appel à manifester le 12 juillet prochain. "Nous essayons de bâtir une opposition qui soit un mouvement entre la tribune à l'Assemblée et la mobilisation populaire. La plupart d'entre nous allons organiser des permanences pour expliquer la politique et nous nous réunissons dans la rue sur cette affaire de Code du travail", prévient Jean-Luc Mélenchon. "On me dit 'ça ne sert à rien', mais les batailles qu'on perd, c'est celles qu'on ne mène pas, celles-là on est sûr de ne pas les gagner. Et puis c'est notre honneur, c'est notre raison d'être".

La France insoumise est donc appelée au rassemblement le 12 juillet place de la République, à Paris, et partout en France. "Je demande à mes amis partout dans le pays d'organiser des rassemblements. Nous souhaitons une bataille populaire, et nous prenons notre part, les syndicats ont la leur". De son côté, la CGT a appelé à manifester à la rentrée, le 12 septembre prochain.

"C'est de la folie, ce qu'ils sont en train de faire"

Outre la réforme du Code du travail, Jean-Luc Mélenchon ne cache pas son hostilité à la réforme des institutions annoncée lundi par Emmanuel Macron au Congrès de Versailles, une réforme qu'il ne votera pas, "bien sûr". "Expliquez-moi pourquoi la démocratie va aller mieux quand il y aura moins de députés. Donc on n'a plus besoin de députés, on a Macron, donc ça suffit, il n'a qu'à tout faire!", s'emporte l'élu.

"Il est sur une pente où il est en train de se griser de sa toute-puissance, et puisqu'il se compare à Jupiter, je lui rappelle le vieil adage latin et romain: Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre. C'est de la folie: ce qu'ils sont en train de faire, c'est comme s'il tirait un feu d'artifice sur une poudrière. Il pense qu'il va régler tous les problèmes en passant en force: il se trompe. C'est le peuple qui décide, ce n'est pas trois personnes dans un bureau".

Alexandre Le Mer