BFMTV

Nicolas Hulot de retour à l'occasion de la convention citoyenne sur le climat

L'ancien ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot en novembre 2018

L'ancien ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot en novembre 2018 - Bertrand GUAY / AFP

L'ancien ministre de l'Ecologie participera vendredi à la troisième session de travail des 150 citoyens de la convention qui ont été tirés au sort.

Depuis l'annonce de sa démission en direct sur France inter, le 28 août 2018, ses apparitions publiques se font rares. Nicolas Hulot s'apprête toutefois à faire son retour sur la scène politique à l'occasion de la nouvelle séance de travail de la convention citoyenne sur le climat. L'ancien ministre de l'Ecologie rencontrera en effet à leur demande les 150 citoyens tirés au sort dans l'hémicycle du Conseil économique, social et environnemental, vendredi 15 novembre à 14h30.

Présenté comme "invité exceptionnel", Nicolas Hulot introduira cette troisième salve de réunions de travail de trois jours et échangera pendant environ deux heures avec les participants. Sa présence, officiellement en tant que "simple citoyen engagé", peut toutefois être interprétée comme un coup de pouce à l'exécutif et plus particulièrement au président de la République, qui a lui même initié cette convention dans le cadre de ses réponses pour sortir de la crise des gilets jaunes.

Priscillia Ludosky et Louis Gallois invités samedi

Après l'intervention de Nicolas Hulot, les participants recevront samedi une quarantaine de personnes dans le cadre d'une sorte de "speed-dating pour proposer de nouvelles solutions concrètes de différents acteurs", expliquent les organisateurs. Parmi ces invités: Priscillia Ludosky, l'une des figures des gilets jaunes, alors que le mouvement fêtera justement ses un an ce week-end, mais aussi Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA.

La convention citoyenne sur le climat, qui a pour objectif de revoir notre modèle social afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, tout en prenant en compte la justice sociale, doit remettre ses propositions concrètes fin janvier. Le gouvernement s'est engagé à y répondre, l'Elysée n'écartant pas l'idée de soumettre ces mesures au référendum.

Loïc Besson, avec Mélanie Rostagnat