BFMTV

Européennes: Nicolas Hulot se réjouit de voir "une rivalité sur les enjeux écologiques"

Nicolas Hulot invité de BFMTV & RMC le 24 mai 2019

Nicolas Hulot invité de BFMTV & RMC le 24 mai 2019 - BFMTV

Invité ce vendredi matin de BFMTV et RMC, l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire s'est refusé de dévoiler pour qu'il il votera lors des élections européennes. Il a toutefois donné quelques pistes.

"Le minimum, c'est d'aller voter." C'est en tant qu'"Européen convaincu" que s'est présenté ce vendredi matin Nicolas Hulot sur notre plateau, invité de Jean-Jacques Bourdin pour RMC et BFMTV. L'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire a tout d'abord appelé à la mobilisation pour les élections européennes, notamment celle des jeunes, alors que l'abstention risque d'être importante ce week-end. S'il s'est refusé à dévoiler pour quelle liste il glissera un bulletin de vote ce dimanche, il s'est en revanche dit "très heureux de voir qu'il y a une rivalité assez féconde sur les enjeux écologiques, ce qui n'était pas le cas autrefois".

"J'ai toujours regretté qu'un sujet aussi complexe soit simplement l'apanage d'une seule formation politique", poursuit-il, avant d'affirmer simplement qu'il ne votera pas "contre l'Europe". "Je pense que ce qui est important, c'est de voir est-ce qu'on a une approche intégrale et systémique: l'écologie ce n'est pas une variable d'ajustement, c'est un changement de matrice, c'est notamment de s'extraire d'un modèle économique qui a eu ses vertus, mais qui aujourd'hui est un médicament qui empoisonne."

"Ce qui se joue en ce moment, c'est la survie de l'humanité"

Pour illustrer son propos, l'ancien ministre d'Etat va plus loin et évoque "un modèle économique qui se base sur une exploitation illimitée de ressources limitées". "Il n'y a pas besoin d'être prix Nobel de physique ou de mathématiques pour savoir qu'il n'y a pas de dénouement heureux", s'alarme notre invité qui souhaite "une grande exigence pour l'Europe": "Il ne faut pas simplement voir ce que l'Europe ne nous a pas apporté, il faut voir quand c'est un levier."

Pourquoi donc Nicolas Hulot ne veut pas dire quelle liste incarne le mieux, selon lui, ces priorités et cette vision? "Si je dis pour qui je vote, je réduis l'enjeu écologique à un enjeu partisan", justifie l'écologiste, qui a désormais fait son choix contrairement à ce qu'il laissait penser il y a encore peu dans une interview accordée au Point. "Ce qui se joue en ce moment, c'est la survie de l'humanité, de notre propre espèce. A un moment où un autre, il faudra se retrouver", conclut-il.

Jérémy Maccaud