BFMTV

Naufrage de migrants: Macron appelle Johnson à "ne pas instrumentaliser une situation dramatique"

Emmanuel Macron et Boris Johnson posent devant la Fontaine de Trevi, lors du G20 à Rome, dimanche 31 octobre 2021

Emmanuel Macron et Boris Johnson posent devant la Fontaine de Trevi, lors du G20 à Rome, dimanche 31 octobre 2021 - Andreas Solaro - AFP

Après le décès d'au moins 27 migrants mercredi soir dans la Manche, la France met la pression sur le Royaume-Uni. Emmanuel Macron appelle Boris Johnson à "agir dans la dignité".

Le ton monte entre la France et le Royaume-Uni après le naufrage d'une embarcation de migrants qui a fait au moins 27 morts mercredi soir dans la Manche. Ce drame est le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires, face au verrouillage croissant du port de Calais et du tunnel sous la Manche empruntés jusque-là par les migrants tentant de rallier l'Angleterre.

"Ne pas instrumentaliser une situation dramatique à des fins politiques"

Emmanuel Macron a "fait savoir" à Boris Johnson lors d'un entretien téléphonique ce jeudi matin "qu'il attendait des Britanniques qu'ils coopèrent pleinement et qu'ils s'abstiennent d'instrumentaliser une situation dramatique à des fins politiques", a indiqué l'Élysée.

"Le Président de la République a insisté sur la nécessité d'agir dans la dignité, dans le respect et dans un esprit de coopération efficace s'agissant de vies humaines", a encore précisé la présidence française.

Les ministres de l'Intérieur français et britannique s'entretiendront ce jeudi à ce sujet, a encore précisé l'entourage du président de la République. Une réunion d'urgence interministérielle autour de Jean Castex est également prévue le même jour. Le Premier ministre, positif au Covid-19, la mènera à distance.

Des efforts jugés insuffisants par les Anglais

Boris Johnson avait déclaré mercredi soir sur Sky News que les efforts face à la crise migratoire n'avaient pas été "suffisants", disant avoir "eu des difficultés à persuader certains de (ses) partenaires, en particulier les Français, d'agir à la hauteur de la situation".

Le gouvernement britannique, qui s'apprête à rendre considérablement plus strictes les conditions d'octroi d'asile, veut rendre "impraticables" ces traversées périlleuses dans l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, où les courants sont forts et la température de l'eau basse.

Marie-Pierre Bourgeois