BFMTV

Morelle: "J'ai ramassé Hollande à la petite cuillère"

Aquilino Morelle (ici à droite) promet qu'il va prochainement écrire un livre.

Aquilino Morelle (ici à droite) promet qu'il va prochainement écrire un livre. - Fred Dufour - AFP

Après les révélations de Valérie Trierweiler, c'est au tour de l'ancien conseiller politique de François Hollande, Aquilino Morelle, de revenir sur son expérience du pouvoir. Il n'est pas tendre avec le chef de l'Etat et assure qu'il va, lui aussi, écrire un livre qui pourrait mettre à mal l'exécutif.

On l'avait quitté en avril dernier, accusé de liens avec des laboratoires pharmaceutiques et embourbé dans une histoire de cireur de chaussures. Aquilino Morelle, l'ancien conseiller politique de François Hollande, a décidé de dire sa vérité au Nouvel Observateur (article à paraître jeudi). Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a la rancoeur tenace.

Morelle se compare à Trierweiler

En moins de 48h, il avait été obligé de démissionner, après la publication d'un article au vitriol de Mediapart. Aquilino Morelle s'était alors senti lâché par François Hollande, et juge dans le Nouvel Obs le président de la République "incapable d'assumer une rupture qui était (...) d'ordre affectif". L'ancien conseiller va même jusqu'à se comparer à... Valérie Trierweiler.

Aquilino Morelle assure également être celui qui a montré le désormais fameux exemplaire de Closer à François Hollande: "J'ai vu (le Président) nu, plus bas que terre, je l'ai ramassé à la petite cuillère. Peu à peu, il s'est relevé. Alors il n'a plus supporté mon regard"

"Il tremble, François"

Lorsque l'affaire du cireur de chaussure a surgi dans les médias, François Hollande aurait déclaré, toujours selon Aquilino Morelle: "Quelle bêtise. Pourquoi diable, as-tu fait venir ce cireur (à l'Elysée, ndlr), pourquoi ne pas avoir demandé cela à ta femme de ménage?"

L'ancien conseiller politique estime par ailleurs que les accusations de Mediapart n'ont été qu'un prétexte: "Tous ceux qui avaient l’audace de penser différemment, de dire que la marche forcée vers la réduction des déficits ne ferait qu’accentuer la crise ont été excommuniés."

Les révélations de l'ancien conseiller politique, même si elles semblent motivées par le dépit, pourraient bien encore affaiblir l'image du chef de l'Etat. D'ailleurs, Aquilino Morelle confie qu'il va écrire un livre: "ça peut saigner", jure-t-il à la journaliste du Nouvel Observateur qui l'interroge. "Il tremble, François", aurait-il même assuré.

M. K.