BFMTV

Fillon: "Hollande échouera contre le chômage"

-

- - -

François Fillon, ancien Premier ministre et député UMP de Paris, était mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Interview de François Hollande, plan d'économies, réforme territoriale, rythmes scolaires, élections européennes... Voici ce qu'il fallait retenir de l'interview de François Fillon, invité mercredi matin sur BFMTV et RMC.

# "Les petits mensonges" de François Hollande

François Fillon est revenu sur l'interview exceptionnelle de François Hollande, mardi matin sur BFMTV et sur RMC. "S'il ne change pas de politique, oui", affirme l'ancien Premier ministre, François Hollande échouera contre le chômage. Aujourd'hui, "c'est pire que ce que j'avais imaginé".

"En le regardant hier j'avais l'impression qu'il n'étais toujours pas devenu le chef de l'Etat". François Fillon assure avoir entendu "pas mal de petits mensonges, sur la croissance".

"Moi je dis qu'il faut un choc maintenant. Redonner aux entreprises la possibilité de négocier le temps de travail, repasser la fonction publique à 39 heures, baisser les charges sociales de façon significative, mettre en place la dégressivité de l'indemnité chômage". François Fillon demande un "choc de confiance en direction des investisseurs".

# Le compte... n'y est pas

Le plan d'économies de 50 milliards d'euros, "c'est à peu près la moitié de ce qu'il faut faire. C'est comme une sorte de chiffre magique", critique François Fillon.

Comment économiser deux fois plus? François Fillon veut réduire les effectifs des trois fonctions publiques: "On ne remplace pas les départs à la retraite et on augmente le temps de travail".

# Le coup de gueule

L'ancien Premier ministre critique vivement le projet de réforme territoriale du président Hollande, un paravent selon lui pour masquer les sujets de l'emploi et du pouvoir d'achat, et une manoeuvre politique pour repousser d'un an la tenue des prochaines élections régionales. "Il n'y a que dans des pays totalitaires qu'on voit des choses comme ça", tempête François Fillon, qui appelle à "inscrire dans la Constitution la durée des mandats".

"Je suis pour la fusion des départements et des régions, je ne suis pas pour la diminution drastique du nombre de régions. Je suis attaché à un Etat central fort". François Fillon estime qu'un modèle à une dizaine de régions conférerait trop de pouvoirs aux présidents de ces régions, et qu'il comporterait le risque d'un glissement vers un système fédéral à l'allemande.

# Questions de rythme

Sur BFMTV et RMC, François Fillon est également revenu sur la réforme des rythmes scolaires, et la prolongation d'un an de l'aide de l'Etat aux communes. "C'est le désordre total", réagit le député UMP de Paris. "Laissons de la liberté aux établissements et aux communes! Au lieu de résister, Benoît Hamon devrait renoncer et redonner leur liberté aux communes, avec des rythmes à la carte".

A l'approche des élections européennes, le 25 mai, François Fillon reconnaît implicitement la perspective d'une victoire du Front national: "J'espère qu'on [l'UMP] sera devant le FN, je fais tout pour".

L'ex-Premier ministre ne perd pas de vue une autre perspective - à peine - plus lointaine: Nicolas Sarkozy doit-il se soumettre à des primaires pour 2017? "C'est la règle", tranche François Fillon. "Il y a des primaires, tout le monde doit l'accepter".

Alexandre Le Mer