BFMTV

Eric Ciotti clarifie sa position sur Sens Commun

Eric Ciotti dimanche 22 octobre.

Eric Ciotti dimanche 22 octobre. - BFMTV

Invité de BFM Politique ce dimanche, le député des Alpes-Maritimes, proche de Laurent Wauquiez, affirme que Sens Commun est composé de "gens de convictions" qui "ne méritent pas les insultes" dont il font l'objet.

L'appel de Sens Commun à Marion Maréchal-Le Pen avait déclenché un tollé chez Les Républicains. Aujourd'hui, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, rappelle avoir "dénoncé" cette main tendue. Invité sur le plateau de BFM Politique ce dimanche, il se souvient également que Sens Commun, soutien de Laurent Wauquiez à la présidence LR, "a fait une sorte de mea culpa" à propos de cette affaire.

Pour le député, lui-même proche de Laurent Wauquiez, "il faut ni excès d'honneur ni excès d'indignité" envers Sens Commun. "On leur a donné un excès d'influence qu'ils n'ont pas." Par ailleurs, "ils ne méritent pas des insultes permanentes, ce sont des gens de conviction", affirme Eric Ciotti, en réponse aux attaques de Dominique Bussereau proférées la veille.

"Ils doivent respecter le cadre des Républicains"

Notre invité met toutefois Sens Commun en garde: "Ils doivent respecter le cadre des Républicains". Avant lui, Laurent Wauquiez avait dû avertir que quiconque franchirait "la ligne rouge" que représente une alliance avec le FN, "ne pourrait plus faire partie des Républicains".

Le mouvement Sens Commun, proche de la Manif pour tous, avait soutenu la candidature de François Fillon à la primaire de droite, puis à la présidentielle. C'est notamment grâce à l'engagement de Sens Commun que François Fillon avait pu organiser rapidement le meeting du Trocadéro: en trois jours, 50.000 personnes avaient été rassemblées. La capacité de mobilisation du mouvement n'a pas échappé aux Républicains. Difficile dans ces conditions de tourner définitivement le dos à Sens Commun.

Ariane Kujawski