BFMTV

Conférence à Abou Dhabi: Sarkozy cherche la taupe

Nicolas Sarkozy, le 29 janvier 2015, lors d'un meeting à Tourcoing, dans le Nord.

Nicolas Sarkozy, le 29 janvier 2015, lors d'un meeting à Tourcoing, dans le Nord. - Philippe Huguen - AFP

Enervé par la révélation de son déplacement à Abou Dhabi, le 2 février dernier, pour une conférence rémunérée, alors que son parti était éliminé dès le premier tour lors de la législative dans le Doubs, Nicolas Sarkozy s'est mis en tête de trouver le responsable de la fuite.

C'est une grosse colère de l'ancien président de la République. Selon les informations du Canard Enchaîné de ce mercredi, Nicolas Sarkozy n'a pas du tout apprécié la révélation de son déplacement à Abou Dhabi, le 2 février dernier, alors que le parti qu'il préside, l'UMP, se retrouvait face à une crise, celle de la défaite de la législative partielle dans le Doubs et en plein débat sur "le ni-PS, ni-FN". 

"Jaloux! Minables!"

"Bande de salopards! Jaloux! Minables! Ils ne me lâcheront jamais! Est-ce que c'est de ma faute si je suis demandé partout dans le monde?", se serait ainsi écrié l'ancien chef de l'Etat, en découvrant que l'hebdomadaire Marianne révélait son aller-retour à Abou Dhabi, où il a donné une conférence privée et rémunérée.

Et Nicolas Sarkozy de s'interroger sur l'origine de la fuite, toujours selon le Canard Enchaîné. "L'ambassade de France aux Émirats arabes unis? C'est possible, mais ça m'étonnerait! L'ambassade n'aurait pas filé l'info à Marianne. Non, ça vient de chez nous, j'en suis sûr!", a-t-il estimé.

La chasse à la "taupe" est ouverte

"Chez nous", autrement dit l'UMP, où Nicolas Sarkozy prendra soin de retrouver la "taupe", ce qui ne risque pas de calmer l'ambiance déjà électrique au sein du principal parti d'opposition.

Depuis qu'il a quitté l'Elysée, Nicolas Sarkozy est coutumier des conférences rémunérées à l'étranger. En décembre dernier, il s'était rendu au Qatar pour donner une conférence à l'invitation de la Qatar National Bank.

Ses interventions à l'étranger et ses liens notamment avec le Qatar sont parfois critiquées jusque dans les rangs de l'UMP.

A.S.