BFMTV
Politique

Jean-Luc Mélenchon laisse la porte ouverte à Benoît Hamon

Le candidat à la présidentielle français Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 19 février 2017

Le candidat à la présidentielle français Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 19 février 2017 - FRANCOIS GUILLOT, AFP/Archives

Jean-Luc Mélenchon, a affirmé que son désaccord sur une candidature unique à la présidentielle avec Benoît Hamon, était lié à une divergence de programmes et non à "une bataille d'ego".

Jean-Luc Mélenchon refuse mercredi que l'éventuel échec de la discussion avec Benoît Hamon pour une candidature unique à la présidentielle soit ramené à "une bataille d'ego", renvoyant le candidat socialiste à son programme tout en laissant la porte ouverte.

Dans un très long billet de blog publié mercredi intitulé "Chronique d'un rendez-vous manqué!", le candidat de La France insoumise revient point par point sur les étapes qui ont ponctué sa prise de contact avec le vainqueur de la primaire socialiste, se disant "pas dupe de la manœuvre en cours".

"Mais pourquoi toutes ces personnes sensées, souvent militantes, conscientes, ramènent-elles tout cela a une bataille d'ego ? Pourquoi excluent-elles les sujets qui nous séparent et cinq ans de gouvernement Hollande de leurs raisonnements ? Quel genre d'ego aurais-je à mettre en balance à ce point de ma vie et de mon engagement politique ?", interroge Jean-Luc Mélenchon.

"J'attends la réponse"

Regrettant qu' "un réseau dans l'équipe Hamon" diffuse "des éléments de langage" parfois factuellement faux, le candidat s'indigne de la "brutalité" des réactions dans le camp socialiste qui souhaite, selon lui, "siphonner" ses électeurs en s'appuyant sur Europe Écologie-Les Verts d'une part et sur le Parti communiste d'autre part.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon reproche à Benoît Hamon d'avoir, dans une réunion publique à Blois mardi, moqué son meeting par l'hologramme du 5 février. "Première fois que quelqu'un m'accuse d'abêtir ceux qui m'écoutent! Quelle aigreur", écrit-il.

Pour autant, le député européen conclut en rappelant que la lettre fixant ses conditions et adressée jeudi dernier à Benoît Hamon "est sur la table". "J'attends la réponse et le rendez-vous café qui va avec", conclut-il.

G.D. avec AFP