BFMTV

Macron: "Si j'étais chômeur, je n'attendrais pas tout de l'autre"

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, mercredi matin sur BFMTV et RMC

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, mercredi matin sur BFMTV et RMC - BFMTV

Inspiré par la célèbre phrase de Lionel Jospin de 1999, "l'Etat ne peut pas tout", le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a lâché, mercredi sur BFMTV et RMC, que "s'il était chômeur, il n'attendrait pas tout de l'autre. Il essaierait de se battre d'abord".

"Si j'étais chômeur, je n'attendrais pas tout de l'autre, j'essaierais de me battre d'abord", a lancé Emmanuel Macron, mercredi matin sur BFMTV et RMC alors qu'on lui demandait comment il se sentirait s'il était chômeur aujourd'hui.

"Si j'étais chômeur, je serais inquiet, concentré et au combat", a ajouté le ministre de l'Economie, au lendemain de l'adoption, en force, de sa loi via un recours à l'article 49-3. "Je ne serais pas déçu. Le gouvernement a pris ses responsabilités pour des réformes qui sont importantes et bonnes pour le pays. Je ne serais pas déçu de ce qui s'est passé mardi: il y a eu un débat, un travail énorme pour arriver à un texte(...). Le gouvernement a pris ses responsabilités pour que le texte avance". 

D'Emmanuel Macron à Lionel Jospin

Cette tirade n'est pas sans rappeler celle de Lionel Jospin, en 1999, qui assurait "qu'il ne faut pas tout attendre de l'Etat", à propos de l'annonce 7.500 licenciements par Michelin. Une phrase qu'il l'avait marqué au fer rouge.

Novice en politique et peu rodé au débat parlementaire, Emmanuel Macron a vécu avec son texte pendant quelque 200 heures de débat son baptême du feu. Alors que son projet empiète sur plusieurs compétences ministérielles, il a fait le choix d'être là du début à la fin de la discussion, prenant soin de répondre point par point aux objections des parlementaires.

Mardi, son texte - par manque de soutien - a été adopté via un recours à l'article 49.3 et non un vote des députés. 

https://twitter.com/helenefavier Hélène Favier Rédactrice en chef adjointe BFMTV