BFMTV

Jean-Paul Delevoye et Jean-Baptiste Djebbari font leur entrée au gouvernement

Jean-Paul Delevoye

Jean-Paul Delevoye - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Conformément aux rumeurs qui circulent depuis plusieurs mois à son sujet, le haut-commissaire à la réforme des retraites obtient un maroquin dédié à ce dossier. Quant au député LaREM de la Haute-Vienne, ancien pilote de ligne, il sera en charge des Transports.

Ce sont deux nouveaux noms qui s'ajoutent à la liste des ministres du gouvernement Philippe. Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye fait son entrée dans l'équipe ce mardi, selon des sources concordantes interrogées par BFMTV.

L'ancien ministre de Jacques Chirac obtient un maroquin dédié à l'épineux dossier sur lequel il planche depuis près de deux ans. La rumeur de sa nomination prochaine circulait de manière insistante depuis la remise de son rapport sur les retraites, en juillet. 

Djebbari aux Transports

L'arrivée au gouvernement de Jean-Paul Delevoye est accompagnée d'une autre nomination, moins attendue, celle du député La République en marche de la Haute-Vienne Jean-Baptiste Djebbari.

Porte-parole du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, cet ancien pilote de ligne sera en charge des Transports, soit en tant que secrétaire d'État, soit en tant que ministre délégué. Il travaillera donc sous la houlette d'Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, qui occupait le ministère des Transports jusqu'à la démission de François de Rugy.

Delevoye, vieux routier de la politique

Nommé haut-commissaire à la réforme des retraites en septembre 2017, Jean-Paul Delevoye, âgé de 72 ans et longtemps membre du RPR puis de l'UMP, est un vieux routier de la politique. Gaulliste social revendiqué, élu local depuis près de 30 ans dans le Pas-de-Calais, il jouera un rôle-clé dans la nouvelle phase de négociations que doit bientôt démarrer le Premier ministre Édouard Philippe avec les syndicats et le patronat. En 2003, l'ex-maire de Bapaume pilotait déjà la réforme des retraites des fonctionnaires mise en œuvre sous l'égide de Jean-Pierre Raffarin.

Interrogé par La Voix du Nord, Jean-Paul Delevoye se montre satisfait. "La confiance que me montre le président par ma nomination montre en réalité qu’il nous faut réapprendre en France la culture de la controverse", estime-t-il, assurant "n'avoir rien revendiqué" auprès d'Emmanuel Macron. 

"Il était logique qu’ayant commencé comme haut-commissaire, je poursuive mon travail comme tel. (...) Je garde la même équipe, le même lieu, pour être l’interlocuteur privilégié des partenaires et écrire la future loi", affirme par ailleurs le nouveau membre du gouvernement.

Jules Pecnard avec Camille Langlade