BFMTV

Ayrault: Sarkozy doit "déposer plainte" contre Buisson

Jean-Marc Ayrault: Bercy serait "sans doute plus efficace" avec moins de ministres

Jean-Marc Ayrault: Bercy serait "sans doute plus efficace" avec moins de ministres - -

Alors que l'hypothèse d'un remaniement ministériel après les élections municipales des 23 et 30 mars se précise en France, Jean-Marc Ayrault était l'invité de BFMTV et RMC, ce jeudi matin.

L'hypothèse d'un remaniement ministériel après les élections municipales se précise. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault qui dirige depuis 22 mois une turbulente équipe de 37 membres, a pris dans les devants dimanche dernier en se disant "favorable" à une équipe "resserrée", citant en exemple le gouvernement allemand. Il était l'invité de BFMTV et RMC, ce jeudi matin. Voici ce qu'il fallait retenir de cette interview:

# Le leitmotiv: "c'est le moment de mettre le turbo"

"On gouverne parce qu'on a été élu. Il y a une stabilité des institutions. Mon horizon, ce n'est pas mon taux dans les sondages. Il n'y a qu'un taux qui m'intéresse, c'est celui du chômage", a d'abord indiqué Jean-Marc Ayrault interrogé sur sa faible popularité dans les sondage. Et le Premier ministre d'insister: "le chômage est en train de reculer. Il a baissé en un an de 85.000 pour les jeunes, le chômage des jeunes recule. Pour les autres, malheureusement, il est encore à un taux beaucoup trop élevé mais il a commencé à baisser au dernier trimestre comme dans le reste de l'Europe".

Selon Jean-Marc Ayrault, "c'est le moment d'accélérer, c'est le moment de mettre le turbo, de faire vivre le pacte que le président de la République a proposé aux forces vives du pays pour que 2014 soit le tournant de la reconquête économique, de la croissance et du recul durable du chômage".

# L'auto-promo: "moi, j'ai une méthode"

"J'ai une méthode", a également martelé le Premier ministre, vantant le "dialogue social", que l'on voit à l'oeuvre sur "l'égalité homme-femme, sur la formation, sur la compétitivité". "C'est la bonne méthode", a-t-il encore insisté alors qu'un accord vient d'être trouvé entre le patronat (Medef, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC) sur les contreparties du pacte de responsabilité. Des baisses de charges "vont être concentrées principalement sur les bas salaires", a indiqué le Premier ministre. Pour lui, "c'est là qu'il y a de l'emploi, qu'on peut embaucher".

# Le point remaniement: "moins de ministres à Bercy"

Les rumeurs persistantes de remaniement sont-elles justifiées? "Il ne faut pas parler de cela tous les matins", s'est agacé Jean-Marc Ayrault, concédant: "il y a sept ministres à Bercy, s'il y en avait moins, ce serait plus efficace". Selon le Premier ministre, régulièrement donné partant par la presse, le remaniement n'est pas "la question d'actualité" et il faut "éviter de spéculer" sur ce point.

# Le flou: y aura-t-il moins de fonctionnaires?

A la question "y aura-t-il globalement moins de fonctionnaires?", le Premier ministre a botté en touche "ça dépend des services!" Les effectifs ont été stabilisés. Dans certains secteurs qui sont prioritaires, il y a plus de fonctionnaires, dans les autres, il y en a moins".

# La petite-phrase: "si Sarkozy s'estime lésé, qu'il porte plainte"

Enfin, Jean-Marc Ayrault est revenu sur l'affaire des enregistrements de Patrick Buisson. "Si monsieur Sarkozy s'estime lésé, qu'il porte plainte!", a-t-il fait valoir. En somme, le Premier ministre "n'imagine pas" que Nicolas Sarkozy, écouté à son insu par son ancien conseiller, ne porte pas plainte.

Hélène Favier