BFMTV

Document BFMTV - Le courrier de Marine Le Pen aux enquêteurs

Document BFMTV - Nous avons pu consulter la lettre dans laquelle Marine Le Pen annonce aux enquêteurs qu'elle ne se rendra pas à la convocation de la police mercredi. La présidente du Front national "s'étonne" d'une "précipitation".

Marine Le Pen dénonce une "précipitation". BFMTV a pu consulter la lettre dans laquelle la présidente du Front national explique qu'elle ne se rendra pas à la convocation de la police. 

"Je m'étonne de cette précipitation, sauf à considérer que cette démarche judiciaire serait instrumentalisée à d'autres fins", écrit-elle.

Elle rappelle qu'elle est candidate à la présidentielle

La candidate du parti d'extrême droite à la présidentielle a refusé mercredi d'être auditionnée dans l'affaire des assistants parlementaires FN au Parlement européen. Un refus possible par son statut de députée européenne, protégée par une immunité parlementaire.

Dans ce courrier adressé au commissaire chargé de l'enquête, Marine Le Pen rappelle aux enquêteurs qu'elle est "candidate à l'élection présidentielle". Et qu'à ce titre, cette candidature lui impose "de répondre aux attentes des Français et de respecter ainsi les engagements impératifs (qu'elle a, NDLR) d'ores et déjà pris".

Des "violations des règles de l'État de droit"

La député européenne ajoute qu'elle se tiendra, "le moment venu", à la disposition de la police et répondra "de la manière la plus ferme aux allégations mensongères". À la fin de son courrier, Marine Le Pen évoque les "violations des principes et des règles de l'État de droit" commises par la Commission européenne.

Selon BFMTV, le commissaire lui a répondu "de manière très succincte", lui expliquant qu'il versait sa lettre au dossier judiciaire, qui sera lui-même transmis au juge d'instruction.

dossier :

Marine Le Pen

C.H.A. avec Sarah-Lou Cohen