BFMTV

Salon de l'agriculture: ce qui attend Hollande?

François Hollande au Salon de l'Agriculture 2012 en compagnie de son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll

François Hollande au Salon de l'Agriculture 2012 en compagnie de son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll - -

François Hollande aurait décidé en 2014 de limiter au minimum sa présence porte de Versailles et éviter ainsi de se voir manifester un possible mécontentement des agriculteurs.

L'information n'est pas officielle car "un salon on sait quand ça commence mais pas comment ça finit" selon la formule d'un membre de l'équipe présidentielle au Figaro, mais François Hollande aurait décidé en 2014 de limiter au minimum sa présence au milieu des stands du Salon de l'agriculture qui s'ouvre samedi à Paris.

Le chef de l'Etat, souvent comparé à son prédécesseur corrézien Jacques Chirac qui adorait l'exercice, ne passerait qu'une petite demi-journée à toucher l'arrière-train des et à goûter charcuteries, fromages et vins des différentes régions de France.

Le chef de l'Etat arrivera comme l'an dernier vers 7 heures du matin, avant l'ouverture au public et arpentera les stands pendant six ou sept heures alors qu'il y était resté douze heures lors de la campagne... présidentielle en 2012.

Des précédents houleux

"Si on en a peur, on reste chez soi", lâche un ministre à Europe 1. Mais avec une cote de popularité qui bat des records par le bas, François Hollande sait qu'il s'expose à des sifflets presque assurés. Ce fut le cas en octobre près de Clermont-Ferrand ou encore le 11 novembre dernier, sur les Champs-Élysées, puis à Oyonnax, dans l'Ain, où il s'était rendu dans la foulée lors des commémorations.

Et s'il reçoivent des aides de la PAC, les agriculteurs ont des sujets de mécontentements. Alors que des états généraux du secteur sont organisés vendredi par la puissante FNSEA, la lourdeur administrative et réglementaire, le coût du travail et la capacité de modernisation des exploitations inquiètent.

Sans parler de la crise de l'Ecotaxe qui a enflammé la Bretagne où le mouvement des bonnets rouges, s'il n'appelle officiellement à aucune manifestation porte de Versailles, pourrait chercher à se faire remarquer.

François Hollande devrait donc faire profil bas cette année et éviter les petites phrases, comme celle contre Nicolas Sarkozy l'an passé.

S.A. avec AFP