BFMTV
Élysée

Popularité en baisse pour Emmanuel Macron, Jean Castex stable en juin

Le président Emmanuel Macron (D) et le Premier ministre Jean Castex lors d'un conseil des ministres à l'Elysee  à Paris le 9 juin 2021

Le président Emmanuel Macron (D) et le Premier ministre Jean Castex lors d'un conseil des ministres à l'Elysee à Paris le 9 juin 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

À moins d'un an de la présidentielle, l'étiage d'Emmanuel Macron reste plus élevé que ses prédécesseurs à la même époque, François Hollande (16% en juillet 2016) et Nicolas Sarkozy (37% en juin 2011).

La cote de popularité d'Emmanuel Macron est en baisse de trois points en juin, avec 39% de bonnes opinions, tandis que celle de Castex stagne à 42%, selon un sondage BVA pour RTL et Orange publié ce vendredi. Le chef de l'État retrouve son niveau d'avril, autour de la barre des 40% qu'il tutoie depuis mars 2020.

Dans le détail, Emmanuel Macron progresse chez les sympathisants LR (45%, +8) mais perd à gauche, chez les proches d'EELV et de LFI. À moins d'un an de la présidentielle, son étiage reste plus élevé que ses prédécesseurs à la même époque, François Hollande (16% en juillet 2016) et Nicolas Sarkozy (37% en juin 2011).

Castex en tête des personnalités plébiscitées

La cote de Jean Castex, elle, ne bouge pas, à 42% de bonnes opinions. L'ancien Premier ministre Edouard Philippe reste, lui, en tête des personnalités politiques plébiscitées par les Français: 41% des personnes interrogées souhaitent qu'il ait "davantage d'influence dans la vie politique française".

Il devance l'écologiste Nicolas Hulot (33%) mais aussi le président réélu des Hauts-de-France Xavier Bertrand (30%), qui engrange trois points après son succès électoral.

Par ailleurs, une majorité (57%) des Français interrogés se disent contre le retour d'une réforme des retraites avant la fin du quinquennat. 58% seraient cependant favorable à l'introduction à terme d'un régime par points, comme promis initialement par Emmanuel Macron. Et 66% opposés au relèvement de l'âge de départ de 62 à 64 ans.

Enquête réalisée par internet les 30 juin et 1er juillet auprès d'un échantillon représentatif de 1004 personnes, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

M.D. avec AFP