BFMTV

SONDAGE BFMTV - Présidentielle 2022: Macron creuse l'écart sur Marine Le Pen

Emmanuel Macron et Marine Le Pen à l'Elysée.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen à l'Elysée. - PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Selon un nouveau sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV, le chef de l'État et la présidente du Rassemblement national arrivent en tête des intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle de 2022 et ce, quel que soit le candidat de la droite. Emmanuel Macron l'emporterait alors une nouvelle fois au second tour face à Marine Le Pen.

Pas d'"effet régionales" sur la présidentielle. Malgré la déroute de la République en Marche et la grosse déception du Rassemblement national pour cette dernière élection, leurs figures de proue peuvent toujours prétendre à une victoire en 2022.

Selon notre nouveau sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV diffusé ce mercredi, Emmanuel Macron et Marine Le Pen arrivent en tête des intentions de vote exprimées pour la prochaine élection présidentielle qui se tiendra les dimanches 10 et 24 avril 2022, a appris BFMTV de sources concordantes. Une information que l'exécutif se refuse à confirmer ou à infirmer.

En précision, l'actuel chef de l'État recueillerait au premier tour entre 29 et 31% des voix selon le candidat de droite présent à cette élection, tandis que la présidente du RN est créditée de 23 à 25% des voix exprimées.

Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021
Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021 © Elabe - BFMTV

Macron donné vainqueur à 60% au second tour

S'agissant du second tour, si l'écart de voix n'est pas celui observé lors de la précédente présidentielle (66,1% pour Emmanuel Macron et 33,9% pour Marine Le Pen), le chef de l'État creuse néanmoins l'écart par rapport à notre précédente enquête d'opinion.

Ainsi, Emmanuel Macron recueillerait 60% des voix devant Marine Le Pen (40%) qui échouerait donc à nouveau face au même adversaire. Le président sortant obtiendrait notamment un report parfait de ses potentiels électeurs du premier tour, mais bénéficierait également de réserves de voix conséquentes puisque la moitié des électeurs du candidat de droite - celui-ci arrivant en troisième position - voterait pour lui.

Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021
Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021 © Elabe - BFMTV

Un faible report de voix pour Marine Le Pen

Conséquence: le chef de l'État progresse de 4 points par rapport à notre précédent sondage d'avril en raison d’un meilleur report de voix des électeurs de droite (48%-56% contre 38% il y a deux mois et demi). Emmanuel Macron pourra aussi compter sur la moitié de l'électorat de Yannick Jadot, mais également d'Anne Hidalgo s'ils venaient à présenter leurs candidatures séparément.

C'est là que le bât blesse pour Marine Le Pen. La présidente du Rassemblement national, si elle peut compter sur ses électeurs du premier tour, ne disposerait pas de réserves de voix suffisantes pour tenir tête à Emmanuel Macron: seulement un électeur sur quatre du candidat de droite voterait pour elle au second tour et deux potentiels électeurs sur trois de Nicolas Dupont-Aignan. Des voix bienvenues pour elle, mais trop peu nombreuses puisque le candidat de Debout le France est seulement crédité de 4 à 5% des voix pour le premier tour.

À noter que si un second tour Macron - Le Pen se concrétisait, six potentiels électeurs de Jean-Luc Mélenchon sur dix s'abstiendraient, les autres votants privilégieraient alors le président sortant.

Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021
Sondage Elabe pour BFMTV du 30 juin 2021 © Elabe - BFMTV

Aucun candidat de la droite au second tour

Qu'importe le candidat de la droite, aucun scénario ne semble favorable. Après leur victoires au second tour des régionales, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez n'excluent plus une candidature à la présidentielle. Mais qu'ils s'agissent d'eux ou de Xavier Bertrand - ce dernier ayant d'ores et déjà annoncé se présenter - aucun ne parvient à se qualifier pour le second tour, d'après notre sondage.

Le président réélu des Hauts-de-France recueillerait 14% des voix, la présidente d'Île-de-France 11% des voix et celui d'Auvergne-Rhône-Alpes 12% des suffrages exprimés. Des scores bien en deçà de celui de François Fillon: le candidat de la droite et du centre avait obtenu 20% des suffrages lors de la présidentielle de 2017. Bien éloignés des favoris et en dépit de la marge d'erreur, les prétendants à la candidature de la droite ne peuvent espérer pour l'heure battre Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Pas de miracle pour la gauche si elle est divisée

À gauche, la pluralité des candidatures empêche l'émergence d'une personnalité politique. Jean-Luc Mélenchon est crédité de 9 à 10% des intentions de vote exprimées, Yannick Jadot de 6 à 7% et Anne Hidalgo à 5%. Pour ces deux derniers candidats, ni l'un ni l'autre n'ont été investis par leurs partis respectifs.

Vient ensuite Nicolas Dupont-Aignan avec ses 4-5% des voix exprimées, puis une succession d'autres candidats: Jean-Frédéric Poisson, Jean-Christophe Lagarde, François Asselineau, Jean Lassalle, Fabien Roussel, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou auraient chacun autour de 1 à 2% des intentions de vote.

Échantillon de 1124 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus dont 1006 inscrits sur les listes électorales. Interrogation par Internet les 28 et 29 juin 2021. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Marges d’erreur pour les questions d’intention de vote (1er et 2nd tour): entre 1,5 et 3,5 points de pourcentage. Marges d’erreur pour les questions hors intention de vote: entre 1,4 et 3,1 points de pourcentage.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV