BFMTV

Notre-Dame: Macron reçoit une délégation de l'Unesco pour faire le point sur l'aide internationale

Emmanuel Macron saluant Audrey Azoulay

Emmanuel Macron saluant Audrey Azoulay - Jean-Claude Coutausse / POOL / AFP

Ce vendredi, Emmanuel Macron recevait une délégation de l'Unesco afin de faire le point sur l'aide internationale qui afflue depuis le drame de lundi.

Ce vendredi, Emmanuel Macron, a reçu une délégation de l'Unesco afin de faire un point sur les aides internationales, qui depuis mardi, ont afflué pour la reconstruction de Notre-Dame. Il était accompagné par le général Jean-Louis Georgelin, le "Monsieur Reconstruction" nommé par l'Elysée.

Etaient présents à cette réunion, la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay, le bureau exécutif de l'organisation mais aussi le ministre de la Culture Franck Riester et Stanislas de Laboulaye, 72 ans, nommé jeudi ambassadeur chargé de la coordination du volet international de la reconstruction.

L'incendie qui a ravagé lundi soir la cathédrale a provoqué une vague d'émotion et un afflux de dons internationaux.

De nombreux pays, comme la Russie, les Etats-Unis, le Chili, l'Allemagne ou le Maroc, ont proposé leur aide financière ou en termes d'expertise technique.

Le président russe Vladimir Poutine a proposé d'"envoyer en France les meilleurs spécialistes russes ayant une riche expérience dans la restauration des monuments du patrimoine mondial, y compris d'oeuvres d'architecture médiévale". Donald Trump a offert l'aide d'experts américains, en s'adressant au pape François. Le président chilien Sebastian Pinera a proposé jeudi d'envoyer du cuivre et du bois.

Le groupe Disney, qui a gagné des millions de dollars de recettes avec son film d'animation "Le Bossu de Notre-Dame" (1996), a annoncé une contribution à hauteur de cinq millions de dollars et le géant Apple a fait une promesse de don non chiffrée.

En 2017, douze millions de touristes ont visité Notre-Dame, chef-d'oeuvre de l'architecture gothique qui faisait l'objet d'importants travaux depuis plusieurs mois.

Avec AFP