BFMTV

Emmanuel Macron n'est pas pressé de retrouver un nouveau directeur de la communication

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Depuis le départ de Sylvain Fort en janvier dernier, Emmanuel Macron n'a toujours pas recruté de directeur de la communication.

Il n'a besoin de personne. Depuis cinq mois, Emmanuel Macron fonctionne à l'Elysée sans directeur de la communication. Une situation inédite qui ne semble pas peser sur le chef de l'Etat, au contraire.

"Il n'est plus influencé par certaines personnes. Il communique mieux depuis qu'il est dépouillé de tout cela", tacle un proche dans Le Parisien. Les anciens piliers de la communication présidentielle, Sylvain Fort, parti dans le privé, et Sibeth Ndiaye, devenue porte-parole du gouvernement, apprécieront.

Un "spin doctor" bénévole

Cette situation permet à Emmanuel Macron de créer "un no man's land entre lui et la presse", lance un intime du président. "L'idée de ne pas avoir de point d'entrée institutionnel pour les journalistes, le côté n'habite plus à l'adresse indiquée, ça lui est sympathique", affirme-t-il, alors que le chef de l'Etat a toujours critiqué la "présidence bavarde" de son prédécesseur François Hollande.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron s'offre une nouvelle liberté, lui qui a "toujours tout décidé. Et tout seul", rappelle un ami. Cela n'empêche pas Emmanuel Macron de prendre conseil auprès du communicant Philippe Grangeon, qui fait officie de "spin doctor du Palais" bénévole et à mi-temps, affirme Le Parisien.

"C'était déjà comme ça pendant la campagne. On ne sait pas qui fait quoi. Mais en réalité, il y a des gens qui font", assure un proche du président.

Par ailleurs, pour suivre l'opinion, le président surveille attentivement la presse quotidienne régionale et les chaines d'information en continu. Il sollicite aussi régulièrement ses proches par texto avec une même question: "comment tu sens les choses?", rapporte le quotidien. Enfin, il passe du temps sur Twitter, un de ses outils de communication privilégié depuis le début de son quinquennat, attentif aux tendances qui se dégagent.

Combien de temps le président peut-il encore fonctionner de cette manière? Il n'y a "aucune urgence", selon un collaborateur. Et un autre de préciser que le président estime que "ça tourne relativement bien en ce moment".

Recrutement en cours

Après la démission de Sylvain Fort, plume du président, Jean-Marc Dumontet, producteur et propriétaires de théâtres parisien, proche du couple présidentiel, avait pourtant été chargé de trouver son successeur. A l'époque, le chef de l'Etat souhaitait recruter un profil "un peu senior, mais connecté à notre monde".

Depuis, le candidat idéal se fait toujours attendre. Jean-Marc Dumontet a rencontré une vingtaine de candidats, a rapporté L'Obs à la fin du mois de mai. Une partie a ensuite pu rencontrer Philipe Grangeon, Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée et Emmanuel Macron, avant une dernière étape: "plaire à Brigitte Macron", affirme le magazine.

Un profil tiendrait néanmoins la corde: celui de Mayada Boulos, ancienne conseillère de Marisol Touraine, aujourd'hui chez Havas. "Le président a fait son choix, ce n'est plus qu'une question de timing", assurait-t-on à l'Elysée il y a trois semaines. Depuis, le "maître des horloges" est resté muet sur la question. 

Benjamin Rieth