BFMTV

"Cher Bibi": Macron et Netanyahu affichent leur proximité

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu.

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu. - STEPHANE MAHE / POOL / AFP

A Paris, ce dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président français, Emmanuel Macron, ont voulu montrer la qualité de leur relation.

Ce dimanche, le chef du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahu, n'a pas tari d'éloge au sujet du chef d'Etat français. Dominant son pupitre élyséen, il a avancé: "La France a un grand potentiel sous votre leadership". Les deux hommes sortaient d'un entretien de près de deux heures dans le palais du chef du patron de l'exécutif hexagonal. Emmanuel Macron a lui évoqué son attachement à la position française d'une "solution à deux Etats", l'un palestinien, l'autre israélien, au Proche-Orient. 

Visiblement, deux jours après avoir promené devant les caméras l'image de sa bonne entente avec le président américain, Emmanuel Macron a soigné ses bonnes relations avec une autre figure de la scène internationale, en l'occurrence Benjamin Netanyahu. Tout d'abord, ce dernier se trouvait à Paris ce dimanche consécutivement à une invitation formulée par le président français. Celui-ci l'a convié à assister aux célébrations des 75 ans de la rafle du "Vél d'Hiv'", une première pour un patron du gouvernement de l'Etat hébreu.

"Cher Bibi" 

A la tribune, Emmanuel Macron a martelé sa conviction de la responsabilité de la France dans la déportation des juifs sous l'Occupation:

"C'est bien la France qui organisa la rafle, puis la déportation", a-t-il dit notamment.

Benjamin Netanyahu, qui a également eu l'occasion de prendre la parole, en français, durant la cérémonie, a à l'évidence apprécié et l'invitation et le contenu du discours. Il a parlé d'un "geste très, très fort" dans lequel il a assuré voir le signe de "l'amitié profonde et ancienne entre la France et Israël".

Au tour, alors, du président français de choisir son amabilité. Il a ainsi gratifié Benjamin Netanyahu d'un remerciement très personnel: "Monsieur le Premier ministre d'Israël, cher Bibi, merci pour ces mots", a-t-il détaché, d'un air solennel. Benjamin Netanyahu a lui-même proposé à Emmanuel Macron de faire le voyage jusqu'en Israël. Le président de la République a accepté aussitôt.

Robin Verner