BFMTV

Comment la "bromance" Trump-Macron est perçue outre-Atlantique

La relation entre Emmanuel Macron et Donald Trump a été largement commentée par les médias et observateurs outre-Atlantique à l'occasion de la présence du président américain à Paris.

La présence de Donald Trump à Paris à l’occasion du 14 juillet a fait couler beaucoup d’encre aux États-Unis. C'est notamment sur la relation entre Emmanuel Macron et le président américain que les yeux des médias et observateurs se sont braqués. Beaucoup d’entre eux n’hésitant pas à parler de "bromance" naissante. Comprendre: une amitié forte entre deux hommes.

"La bromance inattendue entre le dirigeant américain et français a été diffusée dans le monde entier vendredi lors du défilé militaire annuel à l'occasion du Bastille Day", raconte le Washington Post.

Outre-Atlantique, les commentaires se sont concentrés sur les fréquentes marques d’affection que s'envoyaient les deux hommes et leur très longue poignée de main avant le départ de Donald Trump pour les États-Unis. D’après les observateurs américains, le président Trump ne voulait plus repartir. Il faut dire qu’Emmanuel Macron n’a pas lésiné sur les efforts pour impressionner son homologue "en transformant une journée de fierté nationale en une célébration du patriotisme américain et de l'amitié entre les deux pays", note le journal de la capitale américaine qui parle d’un "14 juillet mémorable pour Trump".

Une volonté de rester à Paris d'autant plus compréhensible qu’à Washington, Donald Trump est embourbé dans les affaires liées à la Russie. Ce déplacement dans la capitale française s’est ainsi présenté comme l’occasion de s’accorder un court répit. "Pendant deux heures vendredi matin, le président Trump semblait heureux", explique le Washington Post. "Une distraction bienvenue de la controverse née des révélations sur les mails de Donald Trump JR", souligne également NBC.

Trump adepte des défilés militaires

De son côté, le New York Times estime que ce "couple étrange sur la scène internationale a essayé de minimiser ses désaccords sur l’immigration ou le changement climatique".

"Trump aime les attributs de la présidence, que ce soit aux Etats-Unis ou dans un autre pays. Y compris le fait d’occuper les sièges les plus prestigieux à la cérémonie célébrant la prise de la Bastille, un défilé faste imprégné de tradition et de matériel militaire. (…) Monsieur Trump et Monsieur Macron ont semblé avoir laissé les tensions initiales dans leur relation derrière eux, et ce au service du développement de leur partenariat et de l’amour des défilés", a ironisé le célèbre quotidien qui rappelle qu'à l’occasion de son investiture, l'ex-magnat de l’immobilier avait souhaité un défilé militaire. Une demande finalement refusée par le Pentagone pour des raisons logistiques.

De plus en plus isolé sur la scène internationale, Donald Trump a également utilisé ce rendez-vous diplomatique pour soigner son image en affichant sa proximité avec le chef de l’État français. Il n'a d'ailleurs pas manqué de remercier Emmanuel Macron dans une vidéo postée sur Twitter et dans laquelle il rappelle notamment l'amitié qui lie les deux pays.

Son retour à Washington s'annonce toutefois plus délicat alors que des polémiques le concernant continuent d’attiser les discussions. En attendant, le locataire de la Maison Blanche s'est accordé un jour de repos. Avant de rentrer demain soir à Washington, il assistera au US Women's Open, l'un cinq tournois majeurs que compte le golf féminin.

Paul Louis