BFMTV

"Rien ne nous séparera jamais" des Etats-Unis, déclare Macron au côté de Trump

Il a décidé de ne pas donner d'interview, mais Emmanuel Macron a prononcé une courte allocution à la fin du défilé du 14-Juillet. Un discours de remerciement envers les Etats-Unis et envers les forces françaises.

"Nous avons trouvé des alliés sûrs, des amis qui sont venus à notre secours, les Etats-Unis sont de ceux-ci, c'est pourquoi rien ne nous séparera jamais". A la fin du traditionnel défilé du 14-Juillet, Emmanuel Macron a quelque peu cassé les codes en donnant une brève allocution, venue remplacer la classique interview habituellement donnée par le chef de l'Etat ce jour de fête nationale. Le président de la République a profité de ce discours pour remercier les Etats-Unis pour leur rôle au côté de la France, mais aussi les forces françaises.

"La présence aujourd'hui à mes côtés de Donald Trump et de son épouse est le signe d’une amitié qui traverse les temps et je veux ici les remercier, remercier les Etats-Unis pour le choix fait il y a 100 ans", lors de l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1917, a déclaré le chef de l'Etat.

Gestes de connivence

Il s'exprimait depuis la tribune présidentielle depuis laquelle il a assisté au défilé avec son épouse, au côté de Donald et Melania Trump. Les deux hommes et les deux couples ont échange de nombreux gestes, comme pour insister sur leur connivence et montrer l'aspect amical de cette rencontre.

Le défilé militaire du 14 juillet a largement mis à l'honneur les Etats-Unis. Les "Sammies" - surnom des soldats de l'Oncle Sam engagés dans la Première Guerre mondiale - ont ouvert la marche du défilé.

Valeurs républicaines

Emmanuel Macron a aussi profité de ce discours pour célébrer les valeurs de la République.

"En ce 14 juillet, nous célébrons la France, nous célébrons ce qui nous unit: ce goût absolu de l'indépendance qu'on appelle liberté, cette ambition de donner à chacun sa chance qu'on appelle égalité, cette détermination à ne laisser personne au bord du chemin qu'on appelle fraternité", a-t-il décliné.

"Je souhaite à toutes les Françaises et à tous les Français, à tous ceux qui ont choisi la France et à tous ceux qui l'aiment, une fête nationale sereine et joyeuse", a conclu le président de la République qui devait ensuite se rendre à Nice pour rendre hommage aux 86 morts et centaines de blessés de l'attentat commis il y a un an jour pour jour.
Charlie Vandekerkhove avec AFP