BFMTV

Macron ouvre le défilé du 14-Juillet, avec Trump comme invité d'honneur

La tribune officiel du défilé du 14 Juillet ou siègent les couples présidentiels, américain et français.

La tribune officiel du défilé du 14 Juillet ou siègent les couples présidentiels, américain et français. - Joël Saget - AFP

Les Etats-Unis et leur président Donald Trump sont à l'honneur en ce 14-Juillet 2017.

Emmanuel Macron a ouvert vendredi à 10 heures le traditionnel défilé du 14- Juillet en descendant les Champs-Elysées au côté du chef d'Etat major des Armées, Pierre de Villiers, qu'il a recadré la veille après des critiques sur les économies imposées à la Défense. Précédés des cavaliers de la Garde républicaine et entourés de motards de la gendarmerie, le chef de l'Etat et des Armées, debout sur un "command car", a ensuite rejoint la tribune présidentielle place de la Concorde où il a retrouvé son homologue, Donald Trump.

Le président américain est l'invité d'honneur de cette cérémonie nationale, à l'occasion du centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis lors du premier conflit mondial. L'ensemble des membres du gouvernement et les plus hautes autorités de l'Etat étaient également présents.

Les "Sammies" et l'US Air Force défilent

Après le défilé aérien auquel participeront huit appareils de l'US Air Force, les deux dirigeants assisteront à celui des troupes au sol. Les "Sammies", surnom des soldats américains engagés dans la Première Guerre mondiale, seront à l'honneur en prenant la tête des troupes qui descendront la plus belle avenue du monde.

Plus de 3.700 militaires à pied ainsi que 211 véhicules dont 62 motos, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères participent cette année au défilé. Au-delà de son caractère festif, l'édition 2017 de cette cérémonie nationale se déroule sur fond de vive polémique autour du budget de la Défense.

Emmanuel Macron a vertement recadré jeudi soir Pierre de Villiers qui s'était insurgé devant des députés contre une réduction des moyens des armées cette année.

David Namias avec AFP