BFMTV

Régionales: la gauche vise la double victoire au soir du 2nd tour

Bloquer le Front national en Paca et dans le Nord tout en remportant plus de régions que prévu, tel est le pari du PS

Bloquer le Front national en Paca et dans le Nord tout en remportant plus de régions que prévu, tel est le pari du PS - Patrick Kovarik - AFP

La gauche, et principalement le PS, semble selon les sondages réussir son pari du report de voix pour barrer la route au FN en Paca et dans le Nord. Pour autant, le report des voix de gauche pour les listes socialistes dans les autres régions est aussi un enjeu majeur qui pourrait offrir 5 ou 6 régions à la majorité.

A la question "le PS a-t-il eu raison de se retirer dans le Nord et en Paca", moins de 50% des personnes interrogées par l'institut Elabe pour BFMTV répondent "oui". Dans le même temps, un sondage Odoxa pour BFMTV donne Christian Estrosi devant Marion Maréchal-Le Pen (52% contre 48%) lors du second tour des régionales dimanche. Une étude réalisée par Le Figaro dans le Nord offre également la victoire à Xavier Bertrand face à Marine Le Pen (53% contre 47%). "C'est grâce au report des voix de gauche, explique Emile Leclerc d'Odoxa. Mais (ces électeurs) voteront par rejet de la candidate du Front national, pas par adhésion à celui de Les Républicains".

En tout cas, "un nombre suffisant" d'entre eux décideront "de changer leur vote" en fonction des circonstances, juge l'éditorialiste Alain Duhamel sur BFMTV, estimant que quelle que soit la proportion de votants, si les candidats Les Républicains gagnent dans ces deux régions, cela validera la stratégie mise en oeuvre par le PS depuis le premier tour. 

Et même si en Ile-de-France, Claude Bartolone (PS) fustige son adversaire Valérie Pécresse (Les Républicains) accusée comme son parti de la montée du Front national. Ou que le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a critiqué Christian Estrosi toute la campagne.

Des électeurs socialistes mobilisés pour le front républicain

"Si la droite est devant en ce milieu de semaine en Paca et dans le Nord, c'est uniquement parce que des électeurs socialistes (1/2 par rapport au premier tour) et Front de gauche-EELV (1/3 par rapport au premier tour) se préparent à voter à droite", confirme Gaël Sliman d'Odoxa.

Pourtant, en Paca, Sophie Camard (EELV) prédit "un très mauvais report de voix". Et les reports du Front de Gauche s'annoncent encore plus compliqués après une campagne où les camps alliés en 2012 lors de la présidentielle se sont affrontés. Jean-Luc Mélenchon n'a par exemple donné aucune consigne de vote. Selon les sondeurs, les reports seraient tout de même un peu meilleurs du côté des écologistes d'EELV que du Front de Gauche, vers les listes de gauche fusionnées.

La gauche doit mobiliser pour gagner des régions

Preuve que le risque est grand pour son camp, Marine Le Pen a fait appel jeudi "aux abstentionnistes" pour "prendre leur destin en main", sachant pouvoir peu compter sur des électeurs de droite - hormis Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan - ou de gauche. Et donc à voter FN alors que la participation est annoncée à la hausse. "Le FN et Marine Le Pen, quand ils sont en mesure de gagner 'repolitisent' les débats et mobilisent les électorats. Pour ou contre eux", tranche lui l'historien Nicolas Lebourg

Reste à savoir si la gauche au sens large, capable de se mobiliser face au FN, saura le faire également pour faire élire des présidents socialistes dans les régions où se disputeront des triangulaires. Et malgré le risque FN en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, à ce jeu, gagner cinq ou six régions est envisageable selon les estimations. Ce serait une double victoire si les succès du front républicain se confirment.

Samuel Auffray