BFMTV
Présidentielle

Présidentielle: Macron reste en tête devant Le Pen et Pécresse, Zemmour distancé selon un sondage

Emmanuel Macron, le 4 décembre 2021, à Jeddah

Emmanuel Macron, le 4 décembre 2021, à Jeddah - Thomas SAMSON © 2019 AFP

Emmanuel Macron continue sa course en tête à trois mois du premier tour. Le président sortant est donné avec dix points d'avance au moins sur des deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen.

Emmanuel Macron arriverait largement en tête au premier tour si l'élection présidentielle avait lieu dimanche, devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse, selon un sondage "rolling" Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio diffusé lundi. Éric Zemmour, lui, se fait distancer.

Avec 27% d'intentions de vote, Emmanuel Macron, qui ne s'est pas encore déclaré candidat à sa réélection, devance largement ses challengers. La candidate du RN Marine Le Pen arriverait en deuxième position (17,5%), devant la candidate LR Valérie Pécresse (15,5%), tous deux distançant Eric Zemmour (12,5%) dans la bataille pour le deuxième ticket au second tour.

Macron en pôle au second tour

À gauche, aucun candidat ne franchit la barre des 10%. L'Insoumis Jean-Luc Mélenchon mène le bal des prétendants en arrivant cinquième et en récoltant 9,5% des intentions de vote. L'écologiste Yannick Jadot glane 6% des intentions, la socialiste Anne Hidalgo, 4%, et le communiste Fabien Roussel 2,5%.

En cas d'accession au deuxième tour, Emmanuel Macron l'emporterait dans les deux configurations testées: face à Marine Le Pen (58%-42%) et Valérie Pécresse (54%-46%). Parmi les sondés, 65% des électeurs prévoient d'aller voter le 10 avril lors du premier tour.

Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 10 janvier 2022, auprès d'un échantillon de 1.502 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population résidant en France métropolitaine âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,1 à 2,5 points.

Un sondage "rolling" est une enquête "en continu réalisée sur le principe d'un cumul glissant de vagues d'enquêtes quotidiennes", rappelle l'institut Ifop qui publie son premier sondage de ce type, à trois mois du premier tour. Plus précisément, "la vague d'enquête du jour est cumulée avec les vagues des deux jours précédents dans le cadre d'un échantillon agrégeant au total près de 1.500 personnes" de façon à éviter "la discontinuité", "écueil majeur d'un baromètre réalisé à intervalle régulier".

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

A.A. avec AFP