BFMTV

Marine Le Pen: "il ne faut pas avoir peur du débat, même quand il est féroce"

"Il ne fait pas avoir peur du débat, même quand il est féroce" a expliqué Marine Le Pen jeudi sur BFMTV et RMC au moment d'analyser le duel qui l'a opposée à Emmanuel Macron à quelques jours du second tour de la présidentielle.

Lors de ce débat à quelques jours du second tour de la présidentielle, "j'ai voulu lever le voile sur 'qui est Emmanuel Macron' (...) Certes c'est un débat qui s'est déroulé en dehors des codes" mais "il était nécessaire qu'il soit sévère" car "on est en désaccord sur tout" a jugé Marine Le Pen sur BFMTV et RMC jeudi. Selon un sondage Elabe pour BFMTV, Emmanuel Macron a été le plus convaincant des deux candidats.

"C'est la première fois qu'il y a un débat présidentiel avec deux personnes qui ont une vision aussi opposée des choses et du projet à mettre en œuvre", a aussi dit Marine Le Pen avant de qualifier le débat de "féroce". "Il ne faut pas avoir peur du débat, même quand il est féroce". 

"Avant il s'agissait de choisir entre +a et a prime+, car en réalité ils étaient d'accord sur tout (...). Là c'est vrai qu'on est en désaccord sur tout. (...) C'est peut être cela qui a bousculé un peu les codes, mais c'était important de réveiller les Français", a-t-elle estimé.

Pour Marine Le Pen la campagne "n'a pas permis d'avoir une vision très claire sur la personnalité de M. Macron et surtout sur son parcours politique". Selon elle, il est "le chouchou du système". "Il s'est présenté comme un homme neuf, nouveau, qui ne sortait de nulle part (...), or il sort du gouvernement de François Hollande", a-t-elle déclaré. "Il fallait déchirer ce rideau".

"J’ai trouvé que monsieur Macron a été assez agressif"

Dès la fin du débat sur notre antenne, Marine Le Pen avait estimé que son concurrent Emmanuel Macron s'était montré "agressif" à son encontre.

"J’ai trouvé que monsieur Macron a été assez agressif, il a fait des attaques personnelles. Bon, mais c’est en même temps la marque de quelqu’un qui a du mal à répondre sur le fond. (...) Mais moi j’ai l’habitude, à la différence de lui, d’être maltraitée, d’être insultée, d’être attaquée à titre personnel, ça m’a pas vraiment déstabilisée, vous l’aurez compris", a détaillé la candidate du Front national.

La réponse de Macron

Le débat entre les deux candidat a été jugé "brutal" et a été émaillé de nombreuses attaques directes, souvent inexactes.

Emmanuel Macron a lui estimé au lendemain du débat télévisé de l'entre-deux-tours avec Marine Le Pen, qu'il fallait bien "débattre" avec le Front national, "même si on se salit un peu". "On n'arrive pas à torde le cou à tous les mensonges mais on en tue quelques uns", a-t-il continué. "Quand vous vous faites insulter pendant toute une soirée, vous en sortez rarement grandi", a-t-il aussi affirmé.

S.A.