BFMTV

Comment Mélenchon a doublé Hamon dans les sondages

Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon. - François Guillot - AFP

Benoît Hamon a perdu la quatrième place dans les intentions de vote au profit de Jean-Luc Mélenchon, selon les derniers sondages, à un mois du premier tour. Le premier grand débat de la présidentielle semble avoir déclenché l’inversion des courbes.

C’est l’autre match serré de cette campagne présidentielle, avec le duel Macron-Le Pen: le bras de fer Hamon-Mélenchon. Deux candidatures proches dans les orientations politiques, comme dans les intentions de vote.

Jusqu’à fin janvier, les choses sont simples pour Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de La France insoumise à la présidentielle occupe seul le créneau de la gauche de la gauche. Certains sondages lui attribuent jusqu'à 15% des suffrages au premier tour. Mais la victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS et de ses alliés enraye en partie cette dynamique. Jean-Luc Mélenchon le reconnaît lui-même dans une note de blog le 13 mars:

"Si la candidature du PS ne perce pas, si elle a même commencé à régresser, il n’en demeure pas moins qu’elle a réussi à stopper notre progression avérée jusqu’à fin janvier".

De fait, les chiffres parlent d’eux-mêmes. La "boîte à sondages", notre outil synthétisant l’ensemble des études d’opinion sur les intentions de vote de Français, montre que Benoît Hamon domine nettement Jean-Luc Mélenchon tout au long du mois de février. Son avance varie de 3 à 6 points.

Sauf qu’au cours du mois de mars, la tendance s'inverse. Un événement semble avoir permis la bascule: le débat des cinq candidats à la présidentielle les mieux placés diffusé le 20 mars sur TF1.

Alors que Benoît Hamon tourne entre 13% et 14% d’intentions de vote les trois premières semaines selon le sondage quotidien de l’Ifop pour Paris Match et Sud Radio, contre environ 11% pour Jean-Luc Mélenchon, les deux se retrouvent à égalité le 21 mars (11,5%). Le retournement s'engage, avec un Hamon à la baisse et un Mélenchon à la hausse. Ce dernier passe devant son concurrent le 22 mars (12% contre 11%).

Dans le sondage quotidien OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, l’inversion des courbes se produit le 23 mars: à un mois jour pour jour du scrutin, Jean-Luc Mélenchon dépasse désormais Benoît Hamon d’un point (13% contre 12%).

Benoît Hamon paye-t-il les difficultés de sa campagne, marquée par la chronique des ralliements de camarades socialistes à Emmanuel Macron, comme le poids-lourd Jean-Yves Le Drian dernièrement ? Il semble surtout que ce soit la bonne prestation de Jean-Luc Mélenchon au grand débat de TF1, confirmée par une étude Elabe pour BFMTV, qui a permis au champion de La France insoumise de se propulser à la quatrième place, derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon.

Le candidat du PS pourra toujours se consoler en constatant que son écart avec Jean-Luc Mélenchon reste dans la marge d’erreur. Et qu’à un mois du scrutin, dans une campagne considérée comme hors-norme par tous les observateurs, les intentions de vote restent imprévisibles.

dossier :

Benoît Hamon

Ghislain de Violet