BFMTV

Edouard Philippe veut que son futur gouvernement s'inspire des maires

Edouard Philippe sur TF1.

Edouard Philippe sur TF1. - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Le nouveau Premier ministre, Edouard Philippe, est intervenu sur TF1 ce lundi soir, quelques heures après sa nomination à Matignon. Il a mis en avant l'exemple des maires pour expliquer la démarche d'un gouvernement qu'il espère porteur d'une "recomposition politique".

Sur le plateau du journal de 20h de TF1, ce lundi, Edouard Philippe, le nouveau Premier ministre tout juste désigné par Emmanuel Macron, a détaillé quelque peu le profil du gouvernement qui sera annoncé ce mardi. "Je vais essayer de construire une majorité avec des gens issus de la droite, avec des gens issus de la gauche et des gens issus de la société civile", a-t-il livré. 

Si la décision d'Edouard Philippe d'accepter de former le premier gouvernement du mandat d'Emmanuel Macron en fâche certains à droite, des élus de droite et du centre ont au contraire appelé à "répondre à la main tendue du président de la République". 

L'exemple des maires

Parmi eux, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, s'est également exprimé dans un reportage de TF1. Cette intervention a motivé ce rebond de la part d'Edouard Philippe:

"Je crois qu’il est très signifiant que dans l’appel qui a été signé par toute une série d’élus de droite et du centre, il y ait un grand nombre de maires. Parce que les maires, et je peux vous en parler car je suis maire du Havre, ils sont très souvent dans cette logique. Ils travaillent avec d’autres maires qui ne sont pas de leur parti politique. Et ça ne veut pas dire qu’ils sont d’accord sur tout mais ils arrivent à définir un projet d’intérêt général et à le mettre en œuvre."

Edouard Philippe a encore observé: "Posez-vous la question de savoir pourquoi les maires sont les élus les plus populaires. C’est parce que justement ils arrivent à dépasser les clivages partisans, qui sont importants, mais ne sont jamais décisifs au service de la France."

Le président de l'Association des maires de France (AMF), et par ailleurs chef de file de la droite aux législatives, François Baroin n'a pas vu les choses du même oeil. Sur le plateau du 20h de France 2, il a ainsi "regretté à titre personnel" le choix d'Edouard Philippe. 

R.V.