BFMTV

Ces 5 Premiers ministres dont on parle pour Emmanuel Macron

Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron. - THOMAS SAMSON / AFP

Parmi les "premiers-ministrables", ces cinq-là reviennent fréquemment: Édouard Philippe, François Bayrou, Xavier Bertrand, Gérard Collomb et Richard Ferrand représentent chacun des options politiques bien différentes. Voici leurs points forts et points faibles.

Premier ministre d'ouverture, ou En Marche! pur sucre? Nouvelle tête ou vieux routards? Le mystère sur l'identité du Premier ministre d'Emmanuel Macron, chargé de mener la bataille des législatives dès sa nomination, reste entier au lendemain de l'élection de l'ancien protégé de François Hollande. Quelques noms, parmi les nombreux profils correspondant aux critères d'Emmanuel Macron, reviennent fréquemment.

> Édouard Philippe, maire du Havre, 46 ans

Ses points forts:

Fidèle juppéiste, Édouard Philippe aurait l'avantage de concrétiser l'ambition de dépassement du clivage transpartisan revendiqué par Emmanuel Macron, tout en incarnant un certain renouveau politique. Le député de Seine-Maritime a exprimé clairement sa compatibilité idéologique avec Emmanuel Macron, et pourrait amener l'aile modérée des Républicains à collaborer avec une majorité présidentielle.

Ses points faibles:

Si le maire du Havre bénéficie d'une expérience parlementaire, son poids politique au sein des Républicains reste toutefois modeste. Jusqu'alors, Édouard Philippe a surtout été un lieutenant d'Alain Juppé, davantage qu'une personnalité de premier plan. Sa capacité à mener une campagne législative, puis à conduire un gouvernement et une majorité restent donc largement inconnue. Il pourrait s'agir d'une lacune rédhibitoire.

> François Bayrou, maire de Pau, 65 ans

  • Ses points forts: 

Le président du MoDem est un homme d'expérience, dont la vision politique épouse largement le projet d'Emmanuel Macron. François Bayrou voit en Emmanuel Macron le continuateur fructueux de ses trois échecs à l'élection présidentielle. Sa nomination pourrait conforter l'ancrage centriste du nouveau président de la République.

Ses points faibles:

Honni par une partie de la droite en raison de son soutien à François Hollande en 2012, François Bayrou est loin d'incarner le "renouveau des visages" souhaité par Emmanuel Macron. À ce titre, l'ancien ministre de l'Éducation nationale accuse un certain passif: à droite, il est fréquemment raillé comme l'homme du "Cid à l'envers": parti avec l'armée parlementaire de l'UDF, arrivé seul. Le président élu assure cependant que le maire de Pau aura un rôle "important" dans sa majorité.

> Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, 52 ans

Ses points forts:

  • Figure du "front républicain" depuis son élection à la tête de la région Hauts-de-France grâce aux voix socialistes, Xavier Bertrand incarne une droite populaire sans appartenir au camp sarkozyste. Sa nomination à Matignon serait un coup politique d'importance: il s'agirait d'une frappe en profondeur du nouveau chef de l'État dans les rangs de la droite, susceptible de déstabiliser Les Républicains. Cité par Emmanuel Macron comme la "borne" de son éventuelle majorité sur sa droite, Xavier Bertrand possède également une solide expérience parlementaire (ancien député de l'Aisne), gouvernementale (ministre du Travail et de la Santé de Nicolas Sarkozy) et partisane (secrétaire général de l'UMP de 2008 à 2010).

Ses défauts:

Le ralliement de Xavier Bertrand, qui affirme "qu'il restera un homme de droite", n'ira pas sans larges concessions politiques. Sa nomination pourrait, en outre, couper la majorité présidentielle potentielle de la gauche de l'Assemblée nationale. Enfin, Xavier Bertrand, bien qu'il appartienne à la génération des "quinquas" de la politique, est loin d'incarner le renouveau de la classe politique.

> Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, 69 ans

Ses points forts:

Jamais associé à des fonctions nationales, l'agrégé de lettres classiques est un soutien de la première heure d'Emmanuel Macron. Sa gestion "pragmatique" transpartisanne de la métropole lyonnaise ressemble fort à un laboratoire du macronisme. Le choix de cet éléphant socialiste œuvrerait clairement dans le sens d'un rapprochement entre En Marche! et les "progressistes" vallsistes. Il laisserait également la porte largement ouverte aux juppéistes qui souhaiteraient s'allier à Emmanuel Macron

Ses points faibles:

  • Gérard Collomb a les défauts de ses qualités: il est avant tout un baron local socialiste, dont la longue carrière politique s'est construite loin de la dureté régalienne du pouvoir national.

> Richard Ferrand, député du Finistère, 54 ans

Ses points forts: 

C'est l'un des hommes de l'équipe Macron, déjà au cœur du réacteur présidentiel - il est secrétaire général d'En Marche! - pour mener les législatives. Député depuis 2012, ce fidèle d'Emmanuel Macron est un nouveau visage de la politique, correspondant à la volonté de "renouvellement" du président élu.

Ses points faibles:

Richard Ferrand n'est pas un choix d'ouverture et son expérience politique reste modeste. De plus, l'intéressé semble davantage convoiter la présidence du nouveau parti politique présidentiel que Matignon. En outre, si le président de la République choisit l'option du renouvellement plutôt que celle du rassemblement, il pourrait être tenté d'aller "jusqu'au bout" de sa démarche en nommant une femme à Matignon, parmi lesquelles Sylvie Goulard et Anne-Marie Idrac font figure de favorites.

Louis Nadau