BFMTV

Attaque à Paris: les Tchétchènes très présents au sein de Daesh

Image d'illustration - Un jeune homme d'origine tchétchène a attaqué plusieurs personnes au couteau dans les rues de Paris ce samedi soir.

Image d'illustration - Un jeune homme d'origine tchétchène a attaqué plusieurs personnes au couteau dans les rues de Paris ce samedi soir. - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le terroriste abattu ce samedi soir à Paris après avoir attaqué des passants au couteau était d’origine tchétchène. Une communauté qui tient une place à part au sein de Daesh, et dont les membres occupent des postes importants.

L’attaque terroriste perpétrée ce samedi à Paris met en lumière une communauté de combattants peu connue au sein de Daesh: les Tchétchènes. Le jeune homme qui a blessé au couteau plusieurs personnes dans le IIe arrondissement de la capitale, tuant l’une d’entre elles, était en effet Français, mais né en Tchétchénie en 1997. Cette république du sud Caucase, majoritairement musulmane, a subi deux guerres coup sur coup contre la Russie, dans les années 90, suite à la déclaration de son indépendance.

"A la fin de cette seconde guerre de Tchétchénie, alors que la répression extrêmement forte a permis à la Russie de reprendre le contrôle, cela a amené la fuite d’un certain nombre de combattants, qui se révèle être des vétérans. Ils apportent en effet un savoir-faire qu’ils ont pu acquérir contre les Russes lors de ses deux conflits Une indépendance non reconnue par la communauté internationale", souligne Cédric Mas, sur BFM TV.

Une présence tchétchène très forte en Irak

"Durant ces deux guerres, ces combattants tchétchènes ont acquis une aura en Bosnie, en Afghanistan, mais aussi en Irak ou en Syrie", explique sur BFMTV Margaux Chouraqui, journaliste et auteure de La mythologie de Daesh.

D’anciens combattants de ces guerres ont ainsi rejoint Daesh, notamment en Irak. En février 2016, le chef du FSB Alexandre Bortnikov, les services de renseignements russes, estimaient à environ 2.000 le nombre de combattants russophones en Syrie, dont une majorité venant du Caucase, rapporte le quotidien Le Monde. Très présents notamment dans la région de Mossoul, ils occupent des postes très importants dans la hiérarchie de Daesh, notamment dans la branche militaire .

Un savoir-faire militaire acquis en Russie

"De nombreux combattants qui ont fait le jihad en Tchétchénie ont rejoint l’organisation Etat islamique. Daesh a ainsi recruté Omar al-Chichani, son chef militaire. Il a été tué depuis", poursuit Margaux Chouraqui. "Reconnaissable à sa barbe rousse, il a souvent été mis en scène dans des vidéos de propagande. L’EI avait aussi une communication à l’attention de combattants russes, via un magazine en langue russe".

Ces combattants tchétchènes, du fait de leur savoir-faire militaire acquis pendant les deux guerres face à la Russie, sont particulièrement respectés au sein de l’organisation terroriste.

Le jeune Français qui a frappé ce samedi 12 mai à Paris est né en 1997 à Argoun, une ville tchétchène. Dans l’Hexagone ces dernières années, de nombreux départs vers la zone irako-syrienne ont notamment été enregistrés dans la communauté tchétchène installée à Nice.

P. Du.