BFMTV

Penelope Fillon actuellement entendue par les juges au pôle financier

François Fillon et son épouse Penelope lors d'un meeting le 29 janvier 2017 à Paris

François Fillon et son épouse Penelope lors d'un meeting le 29 janvier 2017 à Paris - Eric Feferberg - AFP

Penelope Fillon est entendue ce mardi soir par les juges au pôle financier de Paris. Une audition qui se tient dans le plus grand secret. L'épouse du candidat LR à la présidentielle est soupçonnée d'avoir bénéficié de plusieurs emplois présumés fictifs et risque une mise en examen pour "recel de détournement de fonds publics", "recel d'abus de biens sociaux" et "recel d'escroquerie aggravée".

680.380 euros net

Entre 1986 et 2013, avec des interruptions, Penelope Fillon a été employée comme assistante parlementaire par son mari puis son suppléant, Marc Joulaud, tous deux mis en examen. Elle a perçu pour ces fonctions 680.380 euros net, soit environ 3.600 euros mensuels en moyenne.

En parallèle, elle était aussi employée à La Revue des deux mondes entre mai 2012 et décembre 2013, pour 5.000 euros bruts et sans s'être rendue à la rédaction. À partir de juillet 2012, elle a cumulé cet emploi avec son poste d'assistante parlementaire auprès de François Fillon.

14 heures ou 20 heures?

La limite légale du travail cumulé étant fixée à 44 heures, les enquêteurs se demandent si la durée définie par le contrat de Penelope Fillon à La Revue des deux mondes n'a pas été volontairement minimisée, afin de ne pas dépasser cette limite réglementaire. Son contrat de 281 jours par an "lui laissait une totale liberté" pour organiser son travail, a expliqué à l'AFP l'avocat de François Fillon, Antonin Levy. Selon lui, elle avait mentionné en 2012 un travail mensuel de 14 heures à La Revue des deux mondes dans une fiche de renseignement saisie fin janvier à l'Assemblée. Mais un autre document précis a conduit les enquêteurs à s'interroger.

Le 31 janvier dernier, les policiers de l'anticorruption ont perquisitionné le siège de la "division de la gestion financière parlementaire", là où sont classés tous les contrats et les bulletins de paie de l'Assemblée. Ils y ont trouvé le contrat de Penelope Fillon, daté du 10 juillet 2012, et la fiche de renseignements demandée en parallèle. Sur ce document, il est indiqué qu'elle occupe une autre activité salariée, d'une durée de 14 heures mensuelles.

Un brouillon ou un faux

Mais les enquêteurs sont aussi en possession d'une autre fiche de renseignements, trouvée lors d'une deuxième perquisition, le 10 mars, dans le tiroir de la secrétaire de François Fillon, avec plusieurs contrats et fiches au nom de Penelope Fillon. Les documents ne sont que partiellement remplis et pas signés, mais sur l'un d'eux, publié ce mardi par Le Parisien, figure la mention de 20 heures hebdomadaires, à propos du poste à La Revue des deux mondes.

La défense du couple avance qu'il s'agit d'un brouillon, et conteste toute existence d'un faux. Quoi qu'il en soit, s'il s'avérait que le couple Fillon a menti à l'Assemblée sur le nombre d'heures déclarées pour ce deuxième poste, cela constituerait une infraction. 

François Fillon, qui avait dévoilé la date de sa propre audition, prévue initialement le 15 mars, avait été mis en examen la veille, notamment pour détournement de fonds publics et complicité d'abus de biens sociaux. L'enquête a depuis été élargie à des soupçons de trafic d'influence, après les révélations sur ses costumes de luxe, mais aussi à des soupçons d'escroquerie aggravée et de faux.

C.H.A.