BFMTV

Dupont de Ligonnès: la thèse du suicide relancée par un livre

Hypothèse privilégiée aux premiers mois de l'enquête, sans qu'elle puisse être vérifiée faute de cadavre, la piste du suicide de Xavier Dupont de Ligonnès refait surface après la publication d'une enquête journalistique.

Sept ans que le mystère perdure. Où se trouve Xavier Dupont de Ligonnès, accusé d'avoir assassiné sa femme et ses quatre enfants en 2011 à leur domicile à Nantes? Il serait mort à en croire un journaliste qui a enquêté pendant plusieurs années sur ce fait divers qui passionne autant qu'il interroge. 

"Plus d'un an et demi auparavant, il hésite entre suicide collectif et suicide individuel donc c'est déjà en germe", estime Guy Hugnet, auteur de L'affaire Dupont de Ligonnès - La secte et l'assassin*.

Plus d'un an avant la découverte des corps d'Agnès, Arthur, Thomas, Anne et Benoît, Xavier Dupont de Ligonnès est dans une situation d'échec. L'enquête a permis de retracer ce parcours du père de famille de 50 ans mettant en évidence des difficultés professionnelles et financières. Il aurait alors imaginé ce scénario pour qu'on ne puisse retrouver la famille. "Une fois qu'il a décidé le suicide collectif, il le met en oeuvre, mais, et ce point est très important, il ne veut pas qu'on trouve les corps, il ne veut pas être identifié lui comme le meurtrier de sa famille", poursuit le journaliste spécialisé dans les affaires criminelles.

Suicide dans une zone reculée

Les corps de la femme et des quatre enfants de Xavier Dupont de Ligonnès ont été découverts sous la terrasse du domicile familial. Pendant quelques jours, le père a d'ailleurs vécu dans ce pavillon à côté des cadavres de sa famille. Pour expliquer leur disparition, il enverra également des courriers à leurs proches expliquant être en réalité un agent secret et avoir fui, avec femme et enfants vers les Etats-Unis. L'enquête a pourtant démontré que l'homme a été aperçu au Pontet, dans le Vaucluse, puis à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. C'est dans cette commune, à l'hôtel Formule 1, qu'il a passé sa dernière nuit avant de s'évaporer.

"C'est un homme qui part avec un sac à dos, dont un objet dépasse, une carabine vraisemblablement, en tout cas la police l'a identifiée comme telle, il aurait été repéré sur toutes ces routes, détaille Guy Hugnet. Il y en a qu'une où il n'est pas repéré. J'y suis allé, il n'y a personne. Cette route-là elle est directement accessible depuis l'hôtel en moins d'une minute. C'est vraisemblablement pour ça qu'il a choisi cet hôtel."

Xavier Dupont de Ligonnès aurait donc choisi le Var, ses massifs, ses zones escarpées et ses cavités pour se donner la mort. Aux premiers mois de l'enquête, une série de recherches a été réalisée à proximité de Roquebrune-sur-Argens. Deux ans après le début de l'affaire, les enquêteurs, appuyés par des spéléologues ont également fouillé les anciennes mines de plomb du Pic Martin, au Cannet-des-Maures. A chaque fois en vain. "La police a fait des recherches dans la partie ouest, vers Lorgues. Je pense que Xavier Dupont de Ligonnès est parti plutôt au nord-ouest, au nord de Draguignan dans la région de Figanières - Châteaudouble", conseille, sur France Bleu, désormais le journaliste.

* L'affaire Dupont de Ligonnès - La secte et l'assassin, Guy Hugnet. Editions l'Archipel. 200 pages.

Justine Chevalier avec Magali Chalais