BFMTV

Christophe Castaner décore des policiers soupçonnés de violences 

Christophe Castaner - Image d'illustration

Christophe Castaner - Image d'illustration - ludovic MARIN / AFP

En temps normal, cette distinction est réservée aux agents blessés ou méritants. Les critères d'admission ont été modifiés pour cette année.

Alors que la mobilisation des gilets jaunes s’étiole semaine après semaine, l’heure est aux récompenses du côté du ministère de l’Intérieur. Comme le rapporte Mediapart, Le 16 juin dernier, Christophe Castaner a en effet décoré plusieurs agents de police dans une "promotion exceptionnelle médaille de la sécurité intérieure 'gilets jaunes'".

Steve, Geneviève Legay et Zineb Redouane

Seul problème, dans cette fameuse promotion, on retrouve au moins cinq agents et agentes étant liés à des affaires de violences policières. Le média d'investigation a en effet repéré cinq exemples.

Le commissaire divisionnaire à Nantes, Grégoire Chassaing, qui a donné l'ordre du gazage de jeunes lors de la fête de la musique du 21 juin dernier, jour de la disparition du jeune Steve, a été médaillé.

Tout comme lui, le commissaire Rabah Souchi, en charge des opérations de maintien de l’ordre au cours de laquelle la manifestante pacifiste Geneviève Legay a été grièvement blessée a reçu les honneurs de l’Intérieur tout comme sa compagne, Hélène Pedoya, en charge de l’enquête sur les événements survenus ce jour-là.

Le nom du capitaine Bruno Félix est quant à lui intimement lié à l’enquête sur le décès de Zineb Redouane, pour laquelle il a été auditionné. En décembre 2018, l’octogénaire était morte en marge d’une manifestation de gilets jaunes à Marseille. Il a également été décoré.

Enfin, toujours selon Mediapart, le commandant divisionnaire Dominique Caffin a également reçu une médaille. Il faisait partie des CRS qui avaient violenté plusieurs gilets jaunes devant un restaurant Burger King de Paris il y a maintenant plusieurs semaines.

Critères modifiés

Comme le rapporte encore le site internet à l'origine des révélations sur François de Rugy, les critères d’admission à une telle récompense ont été modifiés pour cette année. Pour cette promotion, les policiers "méritants blessés dans le cadre des gilets jaunes" ont été rajoutés à cette liste.

En temps normal, cette distinction est réservée aux agents blessés ou méritants. Elle est divisée en trois catégories, or, argent et bronze. Les cinq policiers nommés par Mediapart ont tous reçu une médaille de bronze.

Médaille retirée en cas de condamnation définitive 

Dans un communiqué publié à la mi-journée, le ministère de l'Intérieur à réagi à la polémique. Rappelant que 9.162 noms avaient été retenus pour cette promotion, la place Beauvau souligne également que cette dernière était bien exceptionnelle.

En ce qui concerne les poursuites dont certains bénéficiaires doivent faire face, la réponse du ministère est claire: "Les dispositions de ce code (de la sécurité intérieure, ndlr), prévoient que le retrait de la médaille de la sécurité intérieure peut être prononcé en cas de condamnation définitive pour un crime ou un délit, ou de sanction disciplinaire du récipiendaire." "Les enquêtes disciplinaires ou judiciaires s’effectuent de manière indépendante, à charge et à décharge, et il n’appartient pas à des tiers de désigner nommément des personnels pour des faits qui ne sont pas définitivement établis", conclut-on. 
Hugo Septier