BFMTV

Affaire Penelope Fillon: plusieurs auditions auront lieu vendredi

François Fillon a fourni des documents à la justice pour attester de la réalité de l'emploi de sa femme Penelope à l'Assemblée.

François Fillon a fourni des documents à la justice pour attester de la réalité de l'emploi de sa femme Penelope à l'Assemblée. - Georges Gobet - AFP

L'avocat de François Fillon a remis jeudi des documents à la justice qui enquête sur des soupçons d'emploi fictif de Penelope Fillon. Des témoins vont désormais être entendus par les enquêteurs.

Après la contre-attaque immédiate de François Fillon, l'enquête se poursuit dans l'affaire dite de l'emploi fictif de Penelope Fillon. Plusieurs auditions vont être menées vendredi par les policiers de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales, qui dépend de l'Office central de la Police judiciaire. Ils ont été saisis par le parquet national financier qui a ouvert, mercredi, une enquête préliminaire pour les chefs de "détournement de fonds publics", "abus de biens sociaux" et recel de ces délits.

L'ancien directeur de la Revue des deux mondes, Michel Crépu, a indiqué à RTL être prêt à collaborer à la justice alors qu'il a été convoqué pour une audition vendredi. Il s'agit là d'enquêter sur le volet "abus de biens sociaux". "Je suis prêt à répondre aux questions qui me seront posées pas plus tard que demain, explique-t-il. Ils m'ont proposé très aimablement que l'on se voit dès que possible." Confirmant au passage avoir découvert la collaboration de Penelope Fillon avec la revue qu'il a dirigé à partir de 2010.

Deux notes pour 100.000 euros

Dans un article, Le Canard Enchaîné révèle que la femme de François Fillon a travaillé pour la revue de sciences humaines entre mai 2012 et décembre 2013. Revue qui appartient à Marc Ladreit de Lacharrière, un ami de François Fillon. Penelope Fillon aurait alors touché 100.000 euros brut en 20 mois de collaboration. "A aucun moment (...) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire", a insisté auprès de l'hebdomadaire Michel Crépu, qui reconnaît que madame Fillon a signé "deux ou trois notes de lectures".

L'hebdomadaire Marianne publie ce jeudi deux notes de lecture qui auraient été réalisées par Penelope Fillon, seule preuve jusqu'alors de sa collaboration effective avec la revue. "La première fait 2.500 signes, s'étale sur deux colonnes et concerne un ouvrage du romancier Lucien Azay, récompensé par le prix de La Revue des deux mondes en 2012", explique l'hebdomadaire. La seconde ne contiendrait que 1.000 signes. A chaque fois, elles sont signées "Pauline Camille", le pseudonyme qu'aurait utilisé l'épouse de François Fillon.

Christine Kelly également entendue

Le directeur de l'époque de la Revue des deux mondes, Michel Crépu, pourrait croiser vendredi dans les locaux de la police judiciaire un autre témoin dans cette affaire. La journaliste Christine Kelly a indiqué sur Twitter être convoquée par les enquêteurs pour être "auditionnée" dans l'affaite dite Penelope Fillon. Contacté par BFMTV.com, le parquet national financier n'a pas souhaité confirmer ou infirmer cette information mettant en avant le secret de l'instruction.

La journaliste, également biographe de François Fillon, a affirmé au Canard Enchaîné, n'avoir "jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait". "Elle m’a juste dit qu’elle assistait aux réunions de François Fillon lors des campagnes, mais, pour moi, c’était vraiment la femme au foyer qui s’occupait de ses enfants", a détaillé la journaliste à l'hebdomadaire satirique. Des déclarations qui lui auraient valus des menaces et des pressions.

Justine Chevalier