BFMTV

Affaire Pénélope Fillon: la journaliste Christine Kelly se dit "menacée"

Christine Kelly avec François Fillon en 2008

Christine Kelly avec François Fillon en 2008 - MARTIN BUREAU - AFP

En pleine polémique, la journaliste Christine Kelly, biographe de François Fillon, a expliqué dans les médias ne pas se souvenir de l'action éventuelle de Penelope Fillon comme assistante parlementaire. Elle a, depuis, fait état de "menace" à son encontre.

En 2007, la journaliste Christine Kelly sortait une biographie de François Fillon, Le secret et l’ambition. Dix ans plus tard, après la victoire de l’ex-Premier ministre dans la primaire de la droite et du centre, elle a publié un nouvel ouvrage, cette fois-ci intitulé, François Fillon, les coulisses d’une ascension. Des états de service qui en font la seule biographe de l’ancien chef de gouvernement et une invitée incontournable des reporters enquêtant sur François Fillon et son entourage. Ce mercredi, alors qu’une polémique agite le clan Fillon avec les soupçons d’un emploi fictif décerné à Penelope Fillon sous la forme d’un poste d’assistante parlementaire, Christine Kelly se retrouve personnellement au centre de l’affaire.

"C'était vraiment la femme au foyer".

C’est le Canard enchaîné qui a lancé celle-ci dans sa dernière édition. Dans un encadré, on note d’ailleurs ce témoignage de Christine Kelly:

"C’est surprenant. Je n’ai jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait. Personne ne m’a jamais parlé de cela. Ce n’est pas non plus ce qui est ressorti d’un entretien que j’ai eu avec elle et de plusieurs autres avec François Fillon. Elle m’a juste dit qu’elle assistait aux réunions de François Fillon lors des campagnes, mais, pour moi, c’était vraiment la femme au foyer qui s’occupait de ses enfants."

Sur RTL ce mercredi matin, elle a donné quelques précisions. Cependant, aucun souvenir d’une Penelope Fillon assistante parlementaire ne lui est revenu en mémoire:

"Lorsque j'ai rencontré Pénélope Fillon, on était à Matignon et on a discuté environ trente minutes sur des petits points d'éclaircissement dont j'avais besoin pour ma biographie sur François Fillon. Jamais, à un aucun instant, il n'est ressorti de notre entretien ou de mon enquête, que Pénélope Fillon avait un emploi avec François Fillon, ou bien qu'elle aurait eu en dehors. Je sais qu'elle m'a parlé de ses soutiens par rapport à Francois Fillon, au début lorsqu'elle allait le soutenir, dans ses meetings. Je n'ai pas posé la question directement mais j'avais l'impression que c'était une mère au foyer qui s'occupait de ses enfants, de ses chevaux et de son chien."

Premier avertissement

Ces déclarations n’ont pas plu à tout le monde. Sur son compte Twitter, la biographe reprend de volée une "équipe politique" qui ferait pression sur elle: "À l'équipe politique qui me menace sur ma messagerie, je déteste les menaces et je ne succombe pas aux pressions. 1er avertissement." Si l'heure du second avertissement n’est pas tombée, elle a, depuis, complété ses dires: "Oui, j'ai reçu des pressions. On m'a appelée au téléphone, et on m'a laissé deux messages depuis ce matin. Je les garde, et je les garde secrets. Mais je n'aime pas ça du tout et le deuxième avertissement sera public".

R.V.