BFMTV

Affaire Maelys: à quoi va servir la reconstitution

Une reconstitution de la disparition de Maëlys va avoir lieu ce lundi soir en présence de Nordahl Lelandais qui a avoué avoir tué accidentellement la petite fille dans la nuit du 26 au 27 août 2017. L'objectif va être de confronter le récit de l'ancien militaire de 25 ans aux réalités matérielles établies par l'enquête.

"De la madeleine de Proust à la reconstitution, il n’y a qu’un pas." De l'aveu d'un ancien juge d'instruction, il y a des choses dans une enquête que l'on ne peut pas vérifier sans se rendre sur les lieux d'un crime. C'est ce que vont tenter de reproduire les magistrats instructeurs en charge de l'enquête sur la disparition de Maëlys au cours d'une reconstitution du drame qui va se dérouler dans la soirée en présence de Nordahl Lelandais.

Maëlys est-elle montée de son plein gré dans le véhicule de Nordahl Lelandais? Comment et où lui a-t-il infligé une gifle? Où a-t-il entreposé le corps de la fillette? A-t-il eu le temps de revenir à la fête de mariage? Quand a-t-il été déposer le corps de la fillette dans une zone reculée du massif de la Chartreuse où il a été découvert le 14 février dernier? Autant de questions auxquelles la justice cherche des réponses précises, notamment sur la manière dont est morte l'enfant. L'autopsie avait fragilisée la version de Lelandais. La reconstitution pourrait durer une bonne partie de la nuit.

"C’est un rythme étrange, ce n'est pas le temps réel, c'est le temps judiciaire, se souvient Serge Portelli, ancien juge d'instruction. Il y a beaucoup de pause, pour prendre des photos, pour vérifier. Il ne faut pas perdre le fil."

> Quel est l'objectif d'une reconstitution?

Le rendez-vous a pour objectif de confronter le récit donné par un suspect avec la réalité matérielle. "Tout peut être vérifié", tranche Serge Portelli, également président de la Cour d'appel de Versailles. La temporalité des faits, l'heure, les distances, les itinéraires, les lieux, la topologie des lieux... la liste des éléments que les magistrats vont consigner dans leur dossier est longue.

Lors d'une audition, Nordahl Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de la fillette, a raconté que cette dernière est montée dans son véhicule, le soir de la fête de mariage donnée à Pont-de-Beauvoisin, pour qu'il l'emmène voir ses chiens. Sur le trajet, toujours selon ses dires, la fillette a paniqué et il lui a infligé une gifle. Il aurait alors constaté que l'enfant était mort. Afin de corroborer cette version, le véhicule du mis en examen peut être amené sur les lieux. Le cas échéant, ils utiliseront une voiture du même modèle. Nordahl Lelandais devrait être installé au volant afin qu'il reproduise la scène.

"Il ne va pas rouler, cela serait trop dangereux de le laisser conduire", rappelle Jacky Coulon, ancien juge d'instruction. Tout au long de cette reconstitution, qui pourrait conduire l'ensemble des participants jusqu'à la cabane où Lelandais dit avoir entreposé le corps, l'ancien militaire de 35 ans devra refaire les gestes qu'il dit avoir eu, mais aussi ceux qu'auraient décrit un témoin ou ceux que les constatations scientifiques ou médicales ont fait émerger.

"La principale difficulté c’est quand le mis en examen ne veut pas participer, estime Serge Portelli. On le fait venir juste pour assister." 

> Comment se prépare une reconstitution?

Les reconstitutions sont organisées en amont par les juges d'instruction. Si cela est possible, ils choisissent une date et une heure qui coïncident au mieux avec celles du crime. Afin de coller au plus près des conditions dans lesquelles a eu lieu la disparition de Maëlys, les juges ont décidé d'organiser cette reconstitution vers 20 heures. Il fera nuit comme le soir du 26 août 2017 où la petite fille s'est volatilisée.

Lors de la reconstitution, les magistrats, en véritables "maîtres d'orchestre", vont diriger les opérations. Chaque scène sera photographiée. L'un des scénario envisagé est l'utilisation d'un mannequin, prêté par les services de pompiers, pour représenter le corps de Maëlys. Lorsqu'il s'agit de victime adulte, un policier ou un acteur est généralement sollicité.

> Qui sera présent?

Outre les juges d'instruction, Nordahl Lelandais est accompagné de son avocat. Le procureur de Grenoble est également présent, ainsi que les avocats des parties civiles qui peuvent être convoqués. Les services de gendarmerie participent également. Les magistrats dialogueront avec toutes les parties, les avocats peuvent eux seulement soumettre des demandes.

Les parents de Maëlys, Jennifer et Joachim de Araujo, seront également à cette reconstitution. Dans de nombreux dossiers, la famille des victimes en fait la demande. Dans cette affaire, ils sont également être convoqués en qualité de témoins "utiles". Comme certains participants à la fête de mariage qui ont pu voir quelque chose le soir de la disparition de la fillette.

> Peut-il y avoir des rebondissements?

"Des nouveaux éléments d’importance variable peuvent émerger. Par exemple, on peut se rendre compte qu’il n’a pas pu tourner à droite parce que c’est bloqué, ou qu’il aurait dû laisser des traces parce qu’il y a une flaque au milieu du chemin…", cite Serge Portelli. 

Le transport sur les lieux peut également jouer sur la mémoire du mis en examen. "Ca a un effet sur les souvenirs, rapporte l'ancien juge. Il se remémore des choses." De simples précisions à un véritable rebondissement, tout peut se produire: "Lors d'une reconstitution, un mis en examen, transporté à son domicile, nous a proposé un café. Nous avons accepté, nous nous sommes installés chez lui et là il nous a tout avoué. Il se sentait en confiance chez lui."

Justine Chevalier