BFMTV

Endométriose: Lorie Pester interpelle dans une lettre Emmanuel Macron

Lorie Pester

Lorie Pester - Valery Hache / AFP

La chanteuse, qui est atteinte d'endométriose, espère avoir des enfants et a fait congeler ses ovocytes en Espagne.

Lorie Pester a révélé fin septembre son combat contre l'endométriose. Depuis, la star de Demain nous appartient multiplie les interventions dans les médias pour évoquer son combat contre cette maladie qu'elle a découverte après une grosse extra-utérine.

La chanteuse, qui a subi des opérations pour que les douleurs liées à sa maladie cessent, espère avoir des enfants et a fait ainsi congeler ses ovocytes en Espagne.

"Je dois recommencer car on n'a pas pu m'en congeler assez à cause de mon traitement. Mais je voudrais surtout avoir un enfant naturellement", a-t-elle indiqué à Téléstar.

"Je crains de ne jamais pouvoir devenir mère"

Dans une lettre ouverte intitulée Monsieur Macron, laissez-nous congeler nos ovocytes et publiée sur le site du Huffington Post, Lorie Pester interpelle le président de la République et déplore la position de la France sur la congélation ovocytaire:

"Je souffre d'endométriose mais pas assez sévèrement pour que mon pays accompagne mon désir de grossesse. Comme une femme sur dix en France, je crains de ne jamais pouvoir devenir mère, alors s'entendre dire que cette évolution relèverait du 'confort' est inacceptable et incompréhensible. Le régime actuel limite la congélation ovocytaire aux femmes atteintes d'endométriose 'sévères' ce qui nous pousse à des décisions extrêmes. Cette loi me pèse, nous pèse, lourdement, au quotidien. Elle est source de souffrances psychologiques qui s'ajoutent à celles causées par la maladie elle-même."

"Je suis déçue et en colère"

Lorie Pester, qui se fait la porte-parole des milliers de personnes qui nourrissent "cet espoir ardent de donner la vie", exige des gages: "Il est temps que le gouvernement entende notre appel et nous extirpe de ce dilemme qui nous contraint à enfreindre la loi pour donner la vie car c'est bien de cela dont il s'agit", écrit-elle. Et d'ajouter:

"Je suis déçue et en colère. La France, mon pays, septième puissance mondiale, me refuse le droit de donner la vie. Incompréhension d'autant plus grande que de nombreux pays européens l'autorisent (...) Plus jeune, je voulais être mère à 27 ans, comme mes parents. Je trouvais l'écart parfait mais il n'en a pas été ainsi. Aujourd'hui je suis prête mais l'endométriose m'en empêche et le droit me l'interdit."

Agnès Buzyn a réagi ce dimanche à la lettre ouverte de Lorie Pester. La ministre de la Santé a indiqué qu'il fallait des "garde-fous" à la congélation d'ovocytes pour les femmes trentenaires:

"Je suis favorable à tout ce qui ouvre et donne plus de liberté, mais je souhaiterais qu'il y ait quand même des garde-fous pour que toutes les femmes à l'âge de 30 ans en France ne décident pas de congeler leurs ovocytes pour faire des enfants à 40 ans", a déclaré la ministre lors du "Grand jury" RTL-Le Figaro-LCI. 
Jérôme Lachasse avec AFP