BFMTV

Star Wars: le réalisateur Ron Howard dévoile enfin le titre du spin-off sur Han Solo

Ron Howard à Los Angeles en 2017

Ron Howard à Los Angeles en 2017 - Phillip Faraone - Getty Images North America - AFP

Après des mois de mystère, le titre du deuxième film dérivé de la saga vient d'être révélé par le réalisateur, à l'occasion de la fin du tournage.

"Projet sans titre". En tournage depuis le début de l'année 2017, aussi médiatisé que n'importe quel film issu de l'univers Star Wars, le spin-off centré sur Han Solo manquait pourtant cruellement de quelque chose de capital: un nom. Que les fans se réjouissent; il sauront désormais comment faire référence au long-métrage. C'est le réalisateur Ron Howard qui, à l'occasion de la fin du tournage, l'a dévoilé dans une courte vidéo sur Twitter.

Solo: a Star Wars Story devrait atterrir dans les salles obscures le 25 mai 2018, selon Variety. Comme son nom (et les informations précédemment dévoilées par Disney) l'indique, il se penchera sur les jeunes années de Han Solo, le contrebandier intergalactique. Il fait partie d'une série de trois spin-off, succédant à Rogue One sorti en décembre 2016 et précédant un troisième film dérivé, qui devrait se pencher sur Obi-Wan Kenobi.

Si peu de détails de l'intrigue ont pour l'instant été révélés, on sait déjà que Han Solo sera accompagné du célèbre Chewbacca, et que les spectateurs y retrouveront Lando Calrissian, bien connu des fans de la saga. Le rôle qui a révélé Harrison Ford sera repris par Alden Ehrenreich (Ave, César!), et le casting sera notamment complété par Emilia Clarke (Game of Thrones), Woody Harrelson (Hunger Games) et Donald Glover (Spider-Man: Homecoming).

Un tournage chaotique

Cette annonce conclut des mois particulièrement compliqués. La mise sur pellicule du long-métrage a été secouée par le départ des deux réalisateurs d'origine, Philip Lord et Christopher Miller, remplacés par Ron Howard en juin dernier. En cause, des "différends créatifs" évoqués par la présidente de Lucasfilm Kathleen Kennedy, détaillés par la suite par la presse américaine.

Benjamin Pierret