BFMTV

César 2019: tout ce qu'il faut retenir de la 44e cérémonie

Karine Viard lors de la 44e cérémonie des César

Karine Viard lors de la 44e cérémonie des César - AFP

La 44e cérémonie des César, présidée par l'actrice franco-britannique Kristin Scott Thomas, avec Kad Merad en maître de cérémonie, se tenait ce vendredi à Paris.

Sous les yeux du grand Robert Redford, "guest star" de la soirée qui a reçu le César d'honneur, Kristin Scott Thomas a ouvert vendredi soir les César 2019 où deux films, Le Grand bain et Jusqu'à la garde faisaient figure de favoris, avec 10 nominations chacun.

"Vous m'avez permis, moi, étrangère, de devenir actrice (...). Vive le cinéma français", a dit Kristin Scott Thomas en lançant la 44e édition des César, sans se priver d'une référence ironique au Brexit.

Les paris étaient ouverts pour savoir qui allait succéder à 120 battements par minute dans la catégorie reine du Meilleur film. C'est le long-métrage Jusqu'à la garde, du réalisateur Xavier Legrand, qui a décroché la statuette tant convoitée. Léa Drucker, l'interprète principale, a quant à elle été sacrée meilleure actrice

Discours engagé du réalisateur

Ce film choc sur un sujet de société difficile, l'un des grands favoris de la soirée avec dix nominations, a également reçu les prix du Meilleur montage et du Meilleur scénario original.

"Quand on a tourné le film en 2016, il y avait 123 femmes qui avaient été assassinées par leur conjoint et ex-conjoint. Aujourd'hui, depuis le 1er janvier 2019, 25 femmes ont été assassinées, ce qui veut dire qu'on est passé à une femme tous les deux jours, alors qu'en 2016 c'était une tous les trois jours", a déclaré Xavier Legrand en recevant ce prix. "Il serait temps de penser à ces victimes à un autre jour que le 25 novembre", journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Des César pour les enfants victimes d'abus

Les Chatouilles, dans lequel les réalisateurs Andréa Bescond et Éric Métayer racontent l'histoire d'une enfant victime d'abus, a été récompensé de deux statuettes. En recevant celle de la meilleure adaptation, Andréa Bescond - qui y dévoile sa propre histoire - était presque au bord des larmes: "Ça, ça représente peut-être qu'un jour on va être écouté", a-t-elle lancé, la voix brisée:

"Peut-être un jour on va bousculer les tabous, qu'on va rompre les silences, peut-être qu'on va vraiment parler et entendre nos enfants et peut-être qu'un jour cette pédocriminalité ça ne sera qu'un souvenir lointain et mauvais et j'espère être vivante pour voir ça", a-t-elle martelé.

"Gardez ça en tête parce que c'est important: un enfant sur cinq est (victime) de violences sexuelles", a lancé à ses côtés son co-réalisateur Éric Métayer. 

Karin Viard, qui incarne une mère mal aimante dans le film, a été sacrée meilleure actrice dans un second rôle, décrochant au passage le troisième César de sa carrière.

"Je tenais beaucoup à ce rôle, j'avais vraiment envie de faire partie de cette histoire", a lancé, en recevant sa statuette, cette actrice aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame, qui compte parmi les plus populaires de sa génération

Des hommages aux disparus

Au cours de la soirée, les artistes présents sur scène ont salué la mémoire de ceux qui nous ont quittés au cours de l'année écoulée. Ainsi, Eddy de Pretto a livré une interprétation toute en sobriété de Je m'voyais déjà, de Charles Aznavour. 

Une vidéo rappelant les plus célèbres musiques de films de Michel Legrand ou Francis Lai a aussi été diffusée. Par ailleurs, Diane Kruger a salué la mémoire de Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel mort mardi à l'âge de 85 ans:

"Il y a quelques jours, une lumière s'est éteinte", a-t-elle déclaré, visiblement émue. "C'était mon ami (...) Impossible d'imaginer une montée des marches à Cannes, une cérémonie des Oscars, sans une de ses créations mythiques pour la maison Chanel."

Laurent Lafitte, méconnaissable

Des nombreux séquences humoristiques qui ont rythmé la soirée, celle de Laurent Lafitte compte parmi les plus remarquées. En arrivant pour présenter le César du premier film, l'acteur de L'heure de la sortie a surpris par son visage anormalement gonflé. Les dégâts d'un abus de botox? Pas du tout: un clin d'oeil comique aux risques des addictions au bistouri, comme le suggère son discours:

"Plus on vieillit (...) moins on vit de premières fois (...) je sais que beaucoup d'actrices dans la salle seront d'accord avec moi ce soir, de faire bien attention à éviter 'la fois' de trop", a-t-il dit, provoquant les éclats de rire de l'assistance. 

Les Tuches récompensés 

Le César du public, créé l'an dernier et récompensant le film ayant fait le plus d'entrées en salles, a été remis cette année aux Tuche 3 d'Olivier Baroux (près de 5.7 millions de spectateurs), après Raid dingue de Dany Boon en 2018. Ce dernier en a profité pour annoncer que le tournage du quatrième volet allait commencer en janvier 2020.

Shéhérazade, histoire d'amour à Marseille entre un caïd et une jeune prostituée, a reçu vendredi soir le César du meilleur premier film, tandis que ses deux interprètes principaux, Kenza Fortas et Dylan Robert, ont été récompensés par ceux des meilleurs espoirs féminin et masculin.

Le western franco-américain de Jacques Audiard Les Frères Sisters, nommé neuf fois, a reçu des prix techniques: ceux des meilleurs décors, du meilleur son et de la meilleure photo, ainsi que celui de la Meilleure Réalisation. Autres catégories principales, celles de meilleur acteur et meilleur acteur dans un second rôle, remportée respectivement par Alex Lutz (Guy) et Philippe Katerine (Le Grand bain)

Nawal Bonnefoy et Benjamin Pierret avec AFP