BFMTV

César 2019: Kristin Scott Thomas ironise sur le Brexit et rend hommage au cinéma français

Kristin Scott Thomas aux César 2019

Kristin Scott Thomas aux César 2019 - Thomas SAMSON - AFP

L'actrice britannique, présidente de la 44e cérémonie des César, a rendu hommage au cinéma français.

"J'ai bien l'intention de continuer à vos côtés, oui même avec ce Brexit", a plaisanté vendredi l'actrice britannique Kristin Scott Thomas, qui vit depuis de longues années en France, lors de la cérémonie des César 2019.

L'actrice au français parfait, qui préside la cérémonie cette année, a rendu hommage au cinéma français.

"Tous ici nous aimons ce cinéma-là, un cinéma plus indépendant et plus libre que partout ailleurs, des films courageux, ambitieux, inattendus (...) vous pouvez être fiers de la diversité de vos productions", a-t-elle dit avant d'ouvrir la 44e édition des récompenses annuelles du cinéma hexagonal.

"J'ai bien l'intention de continuer à vos côtés"

"Et n'oublions pas cette formidable ouverture pour ce qui n'est pas français, vous m'avez permis, moi étrangère venant d'ailleurs, de devenir actrice et de vivre de ma passion", a-t-elle dit.

"C'est l'occasion pour moi de vous dire merci, et j'ai bien l'intention de continuer à vos côtés, oui même avec ce Brexit", a-t-elle plaisanté, provoquant des rires dans la salle Pleyel. "Il est vrai que je crains d'être retenue à la frontière avec ma panse de brebis farcie , mes stocks de jelly et mes disques d'Elton John jelly, mais ce soir je suis là".

Agée de 58 ans, l'actrice, qui compte plus de 60 films à son actif, a commencé sa carrière en 1986 avec Under the Cherry Moon du chanteur Prince. Elle a ensuite atteint une renommée internationale avec Lunes de fiel (1992) de Roman Polanski et Quatre mariages et un enterrement (1994) de Mike Newell, qui lui a valu un Bafta de la meilleure actrice dans un second rôle.

Elle a mené en parallèle une carrière en France, où elle été nommée trois fois pour le César de la meilleure actrice: pour Il y a longtemps que je t'aime de Philippe Claudel en 2009, Partir de Catherine Corsini en 2010 et Elle s'appelait Sarah de Gilles Paquet-Brenner en 2011.

Nawal Bonnefoy avec AFP