BFMTV

Revivez la journée de libération des ex-otages français en Syrie

Les ex-otages ont pris le temps de se raser et de se doucher, juste après leur libération.

Les ex-otages ont pris le temps de se raser et de se doucher, juste après leur libération. - -

Retenus depuis dix mois en Syrie, les quatre journalistes français ont été libérés et sont en bonne santé, a annoncé François Hollande, ce samedi.

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont "libres" et "en bonne santé", a annoncé samedi François Hollande, en exprimant son "immense soulagement". Retenus en Syrie depuis juin 2013, Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres seront de retour en France dans la soirée, mais seront accueillis officiellement dimanche matin vers 9 heures par François Hollande. Revivez les événements à travers ce direct, et retrouvez la synthèse des événéments.

21h00 - "On a marché les mains dans les poches"

Nicolas Hénin est revenu sur sa libération sur France 24. "Nous avons traversé la frontière la tête découverte et les mains dans les poches", a affirmé le journaliste. "Nous avons été dirigés par nos ravisseurs vers une position de l’armée turque qui nous a pris en charge".

20h30 - Ils viennent de décoller

Les quatre journalistes français ont pris l'avion à l'aéeroport de Gaziantep, en Turquie. Ils doivent arriver dans la soirée à Paris, pour se reposer et revoir leurs proches. Dimanche matin, ils prendront un hélicoptère qui les conduira sur le tarmac de Villacoublay, où ils seront accueillis par le président François Hollande à 9 heures.

20h00 - Frais et rasés

Les ex-otages français apparaissent en bonne santé malgré les conditions de détention très difficiles, mais devront subir des examens médicaux dès leur retour en France. Fatma Kizilboga, correspondante turque pour BFMTV, a pu les rencontrer juste après leur libération, comme en témoigne cette photo postée sur son compte Twitter.

All free and fine! pic.twitter.com/R0acKdOXNF
— Fatma Kizilboga (@FatmaKizilboga) 19 Avril 2014

18h30 - Que sait-on de leur libération?

L'heureux dénouement laisse désormais place à de nombreuses questions sur les conditions de la libération de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, et sur la motivation des preneurs d'otages. BFMTV.com fait le point avec Antoine Basbous, politologue spécialiste du terrorisme islamiste.

18h00 - Un impact politique pour Hollande?

Les quatre journalistes français samedi, la famille Moulin-Fournier, le père Vandenbeusch... Les libérations d'otages sont de brefs instants de répit pour François Hollande, mais n'ont pas d'impact significatif sur l'opinion.

17h30 - Hollande confirme leur retour dimanche

Les journalistes français atterriront en France "entre 8 heures et 9 heures", selon le président de la République.

17h00 - "La liberté, ce n'est pas un jeu. C'est une nécessité"

Valérie Trierweiler cite dans un tweet l'écrivain à succès Marc Lévy: "La liberté, ce n'est pas un jeu. C'est une nécessité. Il faut en avoir été privé pour savoir ce qu'elle représente":

"La liberté ce n'est pas un jeu. C'est une nécessité. Il faut en avoir été privé pour savoir ce qu'elle représente".Marc Lévy#otagesenSyrie
— Valerie Trierweiler (@valtrier) 19 Avril 2014

16h55 - "Nous devons maintenir une pression sur le régime syrien"

C'est "un immense soulagement, bien sûr pour leurs familles, mais aussi pour l'ensemble du pays" déclare le président par intérim de l'UDI Yves Jégo dans un communiqué. "Au-delà de notre joie de les retrouver, nous devons maintenir une pression sur le régime syrien dont les actes, pour en être moins médiatisés, n'en sont pas moins abominables".

15h50 - L'Association des journalistes de défense "se réjouit"

L'AJD, dont Didier François est le vice-président, "se réjouit" de la libération des quatre otages français. "C'est pour nous tous la bonne nouvelle de Pâques car ils ont vécu pendant ces dix mois une captivité éprouvante", a déclaré le président de l'AJD.

15h20 - Les ex-otages seront de retour dimanche matin

Les quatre anciens otages seront de retour en France dimanche matin aux alentours 9 heures, et seront accueillis par François Hollande et Laurent Fabius.

14h58 - Une zone contrôlée par l'Etat islamique en Irak et au Levant

Notre correspondante explique également que la zone dans laquelle ont été retrouvés les quatre ex-otages est contrôlée par le groupe jihadiste EIIL ( pour "Etat islamique en Irak et au Levant"), qui pourrait donc être à l'origine du kidnapping des journalistes. Mais pour l'heure, le conditionnel reste de mise.

14h55 - Transférés vers Ankara ou Istanbul?

Par ailleurs, toujours selon notre correspondante en Turquie, il n'est pas exclu que les quatre Français soient transférés vers Ankara, la capitale turque, ou Istanbul, d'où ils prendraient un avion pour la France dans les prochaines heures. Des discussions sont en cours entre la France et la Turquie.

14h45 - Entendus par les renseignements turcs

Après avoir trouvé les quatre otages à la frontière, les soldats turcs les ont transféré à la gendarmerie, où un interprète a été dépêché, explique notre correspondante en Turquie, Fatma Kizilboga. Lorsque les gendarmes turcs se sont rendus compte qu'il s'agissait d'otages, ils ont alerté les autorités. La police et les renseignements turcs ont pris la relève et ont entendu les Français pendant plusieurs heures. L'ambassade de France a été immédiatement contactée et les ex-otages ont été envoyés à l'hôpital pour des examens de santé.

14h35 - Les retrouvailles, une émotion "très violente"

Enlevé au Liban en 1986, puis libéré l'année suivante, le journaliste Jean-Louis Normandin a témoigné, sur BFMTV, de l'émotion très forte ressentie au moment des retrouvailles avec la famille. "Il faut s'y préparer, c'est quelque chose de très violent, de très compliqué. Pendant des mois, ils étaient dans l'indignité absolue de la part des preneurs d'otage".

14h30 - Plusieurs journalistes étrangers toujours otages en Syrie

Plusieurs journalistes étrangers sont toujours retenus en otages en Syrie, "pays le plus dangereux au monde pour la presse" d'après le Comité pour la protection des journalistes. Treize grands médias internationaux, dont le New York Times, BBC News et les agences de presse Reuters, AP et AFP, estimaient en décembre 2013 que plus de 30 journalistes étaient retenus en Syrie.

14h16 - "Détenus par des jihadistes"

Pour le député UMP des Français de l'étranger, Alain Marsaud, les quatre journalistes étaient détenus par des jihadistes, "proches du Front al-Nosra". "Les preneurs d'otage ont fait cela pour essayer d'influencer la politique étrangère de la France. Or finalement cela ne sert pas à grand-chose, parce que la politique étrangère de la France, elle est clairement dans le combat anti-Assad. Donc, d'une certaine manière, ce sont nos alliés qui ont enlevé nos journalistes. C'est un peu paradoxal", analyse-t-il.

14h12 - "On savait qu'il y avait des tractations en cours"

Membre du Comité de soutien aux otages en Syrie, Nathalie Fortis a indiqué, sur BFMTV, que le comité savait que des tractations pour la libération des quatre journalistes étaient en cours et que la "libération allait être proche".

14h06 - Les quatre Français seraient toujours à la frontière turque

Selon nos informations, les quatre ex-otages se trouveraient toujours, à l'heure actuelle, à la frontière entre la Syrie et la Turquie, où ils auraient été retrouvés par des soldats turcs, près de la petite ville d'Akçakale.

13h55 - "Ca y'est, on respire"

"C'est un immense bonheur depuis qu'on a été prévenus ce matin", a confié à BFMTV Fabien Namias, directeur général d'Europe 1. "Ca y'est on respire", a-t-il poursuivi. "On a eu un premier coup de fil ce matin vers 8 heures nous disant que ça allait peut-être bouger, et puis la confirmation à 10 heures par le président de la République, qui nous a d'abord contactés pour nous dire 'Didier, Edouard, Pierre et Nicolas sont libres'. Cela faisait quelques jours qu'on nous avait dit qu'il y avait une fenêtre de tir pour espérer leur sortie, à plusieurs reprises on nous l'avait dit depuis dix mois, ça n'était pas venu, donc on avait appris à ne pas se réjouir trop rapidement. Donc ce matin c'était un soulagement indéscriptible".

13h40 - "Joie" et "soulagement" du côté des responsables politiques

"C'est une immense joie et beaucoup de soulagement (...) C'est la fin d'une angoisse terrible pour leurs familles, pour leurs proches et pour leurs rédactions qui n'ont jamais ménagé leurs efforts pour permettre cet heureux dénouement", a réagi le président de l'UMP, Jean-François Copé. "J'accueille avec joie et soulagement (leur) libération (...) Je salue l'action des services français et la mobilisation de tous les acteurs, en particulier leurs confrères journalistes, qui n'auront eu de cesse de se battre pour leur libération", a commenté la ministre de la communication, Aurélie Filippetti.

13h30 - Hollande et Fabius accueilleront les ex-otages

Le président de la République, François Hollande, et le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, accueilleront les quatre journalistes à leur arrivée en France, dont l'heure n'est pas encore connue. Selon toute vraisemblance, l'avion devrait se poser à l'aéroport militaire de Villacoublay, dans les Yvelines.

13h20 - "Je commençais un peu à m'inquiétier"

Interrogée par BFMTV, Claire Bisquera, la soeur de Pierre Torrès, a indiqué que "la sécurité et la prudence dans la circulation des informations étaient de mise depuis le début dans cette affaire". "Je n'avais été informée qu'en octobre. Il fallait laisser travailler les personnels et les services compétents pour arriver à ce dénouement heureux". Et d'ajouter: "je commençais un peu à m'inquiéter. On allait arriver sur la période d'un an de captivité".

12h45 - "Sur le point de prendre l'avion du retour"

Selon Pierre-Yves Hénin, le père de Nicolas Hénin, l'un des ex-otages, les quatre journalistes sont "sur le point de prendre l'avion du retour". Leur moral "est particulièrement bon", a-t-il également indiqué.

"Nous avons été appelés dans la matinée par plusieurs interlocuteurs, dont le président François Hollande personnellement, qui nous ont informés de la bonne nouvelle, de la bonne santé de Nicolas et de ses confrères et du principe d'un retour dans la journée", a-t-il précisé.

12h37 - Trois Français sont toujours retenus en otages dans le monde

Serge Lazarevic, enlevé au Mali par Aqmi en novembre 2011, Gilberto Rodriguez Leal, enlevé un an plus tard dans le Sahel, et le franco-mexicain Rodolfo Cazares, enlevé au Mexique en juillet 2011 sont toujours retenus en otages, comme le montre notre carte dédiée, visible ci-dessous.

Didier François, l'un des quatre ex-otages français en Syrie, prononce ses premiers mots d'homme libre, à la télévision turque.
Didier François, l'un des quatre ex-otages français en Syrie, prononce ses premiers mots d'homme libre, à la télévision turque. © -

12h15 - "Nous sommes très heureux d'être libres"

Affichant un grand sourire et portant une longue barbe, Didier François (photo ci-contre) a donné ses premiers mots d'homme libre à la télévision turque. "Nous sommes très heureux d'être libres. Nous remercions les autorités turques, parce qu'elles nous ont vraiment aidés. C'est super de pouvoir le ciel, d'être capable de parler normalement", a-t-il dit.

12h10 - "C'est une surprise"

Pierre-Yves Hénin, le père de Nicolas Hénin, a réagi en direct sur BFMTV à cette annonce. "Nous avions connaissance de contacts que nous espérions fructueux, mais entourés d'une extrême réserve", a-t-il confié. "Ce symbole de la date de Pâques est très fort. Ca a été une surprise parce que nous pensions que les choses prendraient encore du temps".

12h - Les premières images des Français libres

La télévision turque Hürriyet a diffusé les premières images vidéo des quatre français libres, dont des captures circulent sur Twitter.

la 1ère photo des 4 otages français en #Syrie LIBRES ! pic.twitter.com/2h7CVL0zjz via @Foamofthedaze"
— Marie Christine LeDû (@mcledu) 19 Avril 2014

11h58 - De retour samedi soir ou dimanche matin

Selon l'entourage de François Hollande, les quatre journalistes seront de retour "samedi soir" ou "dimanche matin".

11h50 - La "joie immense" d'Europe 1

"C'est une joie immense, on en pleure", a déclaré le PDG d'Europe 1, Denis Olivennes. Parmi les quatre otages, deux étaient des envoyés spéciaux de la radio. Didier François y est en effet grand reporter et Edouard Elias, photographe indépendant, avait été missioné par Europe 1. Ils avaient été enlevés le 6 juin. Nicolas Hénin et Pierre Torrès avaient été enlevés quinze jours plus tard, le 22 juin.

11h40 - Retrouvés ligotés et les yeux bandés selon une agence turque

Selon l'agence de presse turque Dogan, les quatre Français auraient été retrouvés par des soldats turcs à la frontière entre la Turquie et la Syrie, ligotés et les yeux bandés. Ils auraient été abandonnés par des hommes inconnus dans la nuit de vendredi à samedi dans le no man's land de la frontière, près de la petite ville turque d'Akçakale (sud-est de la Turquie), toujours selon cette agence.

Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres auraient été découverts par une patrouille de l'armée turque qui, dans un premier temps, a cru avoir affaire à des contrebandiers mais après avoir remarqué que les hommes parlaient français, les ont conduits à un poste de police d'Akçakale.

11h10 - De retour "dans les prochaines heures"

Remerciant "tous ceux qui ont permis l'heureux dénouement de cette épreuve", François Hollande a précisé que les quatres ex-otages seront de retour en France "dans les prochaines heures".

11h02 - "En bonne santé"

Le chef de l'Etat a précisé qu'Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres, qui avaient enlevés en juin 2013, sont "en bonne santé en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité". 

11h - Les quatre journalistes otages en Syrie libérés

François Hollande a annoncé à l'AFP la libération des quatre journalistes français retenus en otages en Syrie depuis dix mois. Les quatre journalistes français sont "libres", a annoncé le président de la République, exprimant son "immense soulagement".

|||>> L'ESSENTIEL

• Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés ce samedi, a annoncé François Hollande

• Ils sont "en bonne santé", a précisé le chef de l'Etat

• Ils seront accueillis officiellement dimanche à 9 heures

Adrienne Sigel