BFMTV

Polémique en Espagne après qu'un présentateur télé a découpé la robe d'une animatrice

Un présentateur espagnol a découpé la robe de sa collègue en direct

Un présentateur espagnol a découpé la robe de sa collègue en direct - Youtube

La télévision publique andalouse accusée de machisme. Un présentateur très populaire a découpé lors d'une émission la robe d'une animatrice contre sa volonté. Elle s'est retrouvée presque nue sur le plateau.

Il a découpé sa robe devant les caméras de télévision. Un présentateur vedette espagnol est au cœur d'une vive controverse après avoir coupé aux ciseaux le vêtement que portait sa co-animatrice contre sa volonté, sous couvert de l'humour. La séquence s'est déroulée début septembre lors d'une émission diffusée dans l'après-midi sur une chaîne publique andalouse.

Deux techniciens interviennent pour l'arrêter

Sur les images, Juan y Medio, le présentateur, tout sourire, commence à découper la robe d'Eva Ruiz, l'autre animatrice. Malgré l'opposition de la jeune femme, embarrassée et qui rit jaune, il continue de déchiqueter le bas du vêtement. Deux techniciens doivent même intervenir pour l'arrêter, alors qu'il approche les ciseaux de la poitrine de la jeune femme et qu'elle parvient difficilement à couvrir son postérieur.

Une députée du Parlement d'Andalousie et ancienne élue européenne, membre du parti de gauche Podemos, s'est indignée sur Twitter de cette séquence.

"Et si nos enfants changent de chaîne et tombent là-dessus à la télé publique andalouse? Ils penseront que c'est amusant de faire la même chose à d'autres filles?"

"L'humour ne justifie pas les images humiliantes"

La polémique a rapidement pris de l'ampleur et s'est invitée au Parlement régional. Un parti de gauche a dénoncé en commission le "machisme" de cette séquence et une plainte a été déposée auprès du conseil audiovisuel d'Andalousie. La conseillère à l'égalité du gouvernement d'Andalousie a également réagi, estimant que "l'humour ne justifie pas les images humiliantes pour les femmes, encore moins à la télévision publique".

Face à la controverse, l'animateur a reconnu une erreur et s'est défendu en arguant qu'il s'agissait d'une plaisanterie. Juan y Medio a expliqué que c'était une vengeance après s'être vu refuser une danse sur le plateau et que la présentatrice avait découpé l'un de ses pantalons -incident qui a eu lieu hors antenne.

Un stage de rééducation à l'égalité

La chaîne de télévision a pour sa part présenté des excuses, évoquant son combat pour l'égalité entre les sexes et contre les violences conjugales. Mais la polémique n'en finissant pas, elle a fini par annoncer que le présentateur et son équipe devront participer à un stage de rééducation à l'égalité, selon El Mundo.

La présentatrice a quant à elle pris la défense de son collègue, assurant que son comportement était exemplaire avec la gent féminine.

"Lamentable l'utilisation que certains peuvent faire de cette blague entre Juan et moi. Je rappelle simplement que 90% de notre équipe est composée de femmes. Je refuse de donner à quiconque le 'pouvoir' de me faire passer pour une victime. Je suis heureuse de travailler avec Juan y Medio que, en passant, j'aime pour plein de raisons, dont entre autres son comportement exemplaire avec toutes les femmes."

Une position qui rappelle celle de la jeune femme dont la poitrine avait été embrassée sans son consentement par un chroniqueur de Touche pas à mon poste -émission qui avait été mise en demeure par le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour cette séquence. La jeune femme, après avoir accepté ses excuses, avait assuré la défense du chroniqueur sur les réseaux sociaux, indiquant qu'il était "très respectueux" et ne méritait "aucune sanction malgré ses pulsions masculines".

Céline Hussonnois-Alaya