BFMTV

Obama sort de sa réserve pour dénoncer la réforme santé voulue par Trump

Barack Obama lors d'une conférence à Milan, en Italie, le 9 mai 2017.

Barack Obama lors d'une conférence à Milan, en Italie, le 9 mai 2017. - Andreas Solaro - AFP

Six mois après son départ de la Maison Blanche, Barack Obama est monté au créneau pour dénoncer le nouveau projet de loi sur la santé, que son successeur Donald Trump a voulu comme un démontage en règle de l'Obamacare, la mesure emblématique de sa présidence.

Bien qu'en retrait de la politique depuis son départ de la Maison Blanche, il y a maintenant six mois, Barack Obama est monté au créneau jeudi contre le projet de loi santé voulu par son successeur, Donald Trump. Alors qu'il avait déjà réagi à la décision de ce dernier de sortir les Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, l'ancien président démocrate est à nouveau sorti de sa réserve pour donner son avis sur la nouvelle mouture du projet de réforme santé, dévoilé quelques heures plus tôt au Sénat par les Républicains, et pour mettre en garde contre ses conséquences pour les Américains. 

Un long message sur Facebook 

Dans un long message publié sur sa page Facebook, l'ancien président démocrate met en garde contre cette nouvelle réforme, qui démonte le travail accompli sous sa présidence avec l'adoption de l'Obamacare, l'une de ses mesures emblématiques.

"Je reconnais qu'abroger et remplacer l'Obamacare est devenu fondamental pour le Parti républicain. Toutefois, j'espère que nos sénateurs, que je connais bien pour plusieurs d'entre eux, prendront du recul et mesureront ce qui est véritablement en jeu, et comprendront que les raisons d'agir, sur la santé ou sur tout autre sujet, doit être quelque chose allant au-delà du simple démontage de ce que les Démocrates ont fait", écrit ainsi Barack Obama. 

"Ce projet de loi vous nuira"

Listant les avancées permises par Obamacare, le démocrate rappelle que son projet, bien qu'il ait "représenté un pas en avant significatif pour l'Amérique", n'était "pas parfait". "Si les Républicains pouvaient mettre en place un plan concrètement meilleur que les améliorations que nous avons apportées à notre système de santé, qui couvrirait le plus de personnes pour un moindre coût, je le soutiendrais avec plaisir et publiquement", assure-t-il, avant de dénoncer le nouveau projet de loi, qui fait "tout l'inverse". "Il augmentera les coûts, réduira la couverture, reviendra en arrière sur les protections et ruinera Medicaid (le programme fournissant une assurance maladie aux plus pauvres, ndlr)", liste Barack Obama. 

"La loi dévoilée au Sénat aujourd'hui, n'est pas une loi santé. C'est un transfert massif de richesse des classes moyennes et des familles pauvres vers les plus riches. Elle instaure d'énormes réductions d'impôts aux riches, ainsi qu'à l'industrie du médicament et de l'assurance, tout en réduisant les services médicaux pour les autres. (...) Des millions de familles perdront entièrement leur couverture santé", martèle l'ex-chef de l'Etat. "Si vous risquez de tomber malade, de vieillir ou de commencer une famille, ce projet de loi vous nuira", ajoute-t-il encore. 

Un projet de loi revenant sur les avancées d'Obamacare 

Appelant les Sénateurs à réfléchir aux conséquences de leur décision, Barack Obama conclut son message en disant espérer que les besoins du peuple américain seront respectés. 

Jeudi matin, les chefs républicains du Sénat ont dévoilé une version légèrement amendée de la réforme du système de santé. Le projet supprimerait l'obligation de s'assurer instaurée par Obamacare, au nom de la liberté individuelle. Des impôts et taxes créés pour financer la loi de 2010 seraient abrogés. Et les aides fédérales au système de santé seraient progressivement réduites, notamment à partir de 2021 pour Medicaid, qui assure un Américain sur cinq. 

dossier :

Barack Obama

Adrienne Sigel