BFMTV

Saint-Etienne-du-Rouvray: "Tous les musulmans de France rejettent" cet acte, martèle Dalil Boubakeur

Au lendemain de l'assassinat d'un prêtre par deux terroristes se revendiquant de Daesh, le recteur de la Grande mosquée de Paris a témoigné de son soutien aux catholiques, mais a aussi plaidé pour une "certaine réforme" des institutions musulmanes en France.

L'émotion est encore vivre après l'attentat de Saint-Etienne du-Rouvray lors duquel deux individus ont égorgé le père Jacques Hamel au nom de Daesh. "Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République", a affirmé François Hollande lundi soir en direct de l'Elysée, avant de réunir les représentants des cultes ce mercredi matin à l'Elysée.

A l'issue de cette conférence, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande mosquée de Paris a témoigné de toute sa compassion envers la communauté catholique. Il a également évoqué le "deuil profond" et la "sidération" des musulmans devant ce qu'il a qualifié de "sacrilège blasphématoire".

"J'admire beaucoup la dignité de l'Eglise et de ses représentants"

"Je veux rendre hommage à l'Eglise catholique tant elle a été digne et à la hauteur d'un événement exceptionnel, dans l'éthique de sa foi. J'ai beaucoup admiré la dignité de l'Eglise et de ses représentants", a-t-il confié.

Le dignitaire a également rappelé que la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray avait été construite sur un terrain offert par la paroisse catholique de la ville.

Mais Dalil Boubakeur a tenu des propos qui débordaient le simple cadre de la commémoration, ouvrant la porte à une réflexion plus profonde sur l'Islam de France.

Les musulmans doivent "prendre conscience de ce qui ne va pas dans cette vision mondiale de l'Islam"

L'ancien président du Conseil français du culte musulman a fustigé un fait "hors Islam que tous les musulmans de France rejettent de la manière la plus formelle".

"Il y a un contresens des valeurs et nous avons espéré que dans l'avenir les musulmans prennent conscience de ce qui ne va pas dans cette vision mondiale de l'Islam et que les musulmans de France soient à l'initiative d'une formation de nos religieux beaucoup plus attentive. Qu'une certaine réforme de nos institutions soit à l'ordre du jour" , a-t-il plaidé.

Pour lui, "il est temps de penser la manière dont les musulmans vivent l'Islam". Un cheminement qui doit s'inscrire dans "le monde actuel et dans les pays modernes où ils vivent aujourd'hui".

Le recteur de la Grande mosquée de Paris a enfin appelé tous les Français, "toutes religions confondues", à faire bloc pour résoudre un "problème international".

Mardi, deux hommes ont pénétré dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray pendant que le prêtre Jacques Hamel y célébrait la messe, le prenant en otage avec quatre autres personnes. Puis ils ont égorgé l'octogénaire, avant d'être abattus par la police. Ils ont revendiqué leur acte au nom de Daesh.
Marie-Caroline Meijer