BFMTV

Saint-Etienne-du-Rouvray: le deuxième terroriste présumé déjà recherché

Bernard Cazeneuve mercredi à la sortie du conseil de défense.

Bernard Cazeneuve mercredi à la sortie du conseil de défense. - BFMTV

Au lendemain de la mort d'un prêtre, égorgé dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, les représentants des cultes réclament une sécurité renforcée des lieux de cultes en France. En parallèle, l'enquête sur les deux assaillants se poursuit.

>> L'ESSENTIEL

L'attaque d'un prêtre dans son église mardi a été revendiquée par Daesh

L'un des assaillants se nomme Adel Kermiche, il est âgé de 19 ans

Les représentants des cultes, reçus à l'Elysée mercredi matin, demandent une sécurité renforcée devant les lieux de culte

Daesh a diffusé une vidéo montrant les assaillants prêter allégeance à l'organisation jihadiste

  • Ce direct est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez le déroulé des événements de ce mercredi minute par minute

22h30 - Pour Rama Yade, "le droit pénal ne peut pas s'appliquer aux terroristes"

"Il faut empêcher les futurs terroristes de passer à l'acte et les empêcher d'en avoir envie", déclare Rama Yade, candidate à l'élection présidentielle en 2017 et présidente de "La France qui ose", invitée de BFMTV.

"On ne peut pas les traiter comme des délinquants de droit commun. Le droit pénal ne peut pas s'appliquer à eux", poursuit l'ancienne secrétaire d'Etat. "Par ailleurs, ils commettent des crimes globaux. Quand ils assassinent, ils assassinent en masse. Ça relève de crimes de guerre, voire de crimes contre l'humanité". 

22h15 - L'exécutif doit nous protéger, déclare Wallerand de Saint-Just

"L'exécutif doit nous protéger", déclare le leader du FN en Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, sur BFMTV.

22h - François Hollande et Mgr André Vingt-Trois applaudis lors de l'hommage à Notre-Dame de Paris

François Hollande a assisté ce mercredi, à Notre-Dame de Paris, à une messe en hommage au père Jacques Hamel. A leur sortie de la cathédrale, le président de la République et le cardinal André Vingt-Trois ont été chaleureusement applaudis. 

21h35 - Fleurs et bougies devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray après la levée du périmètre de sécurité

Fidèles et habitants de la région se succèdent sur le parvis de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray pour rendre hommage au père Jacques Hamel, après la levée du périmètre de sécurité. Le lieu de culte du XVIe siècle reste cependant inaccessible, entouré de barrières de sécurité positionnées à quelques mètres du portail. 

Une photo du père Hamel exposée en l'église San Luigi dei Francesi de Rome
Une photo du père Hamel exposée en l'église San Luigi dei Francesi de Rome © MARCO ZEPPETELLA / AFP

21h20 - "La France est toujours la France et la France est forte", répond Valls à Trump

"#FranceisstillFrance and #Franceisstrong Mr. Trump" (La France est toujours la France et la France est forte, M. Trump), répond en anglais le Premier ministre français Manuel Valls sur son compte Twitter au candidat républicain à la présidence américaine.

21h15 - "La France n'est plus la France", lance Trump après l'attentat

Lors d'une conférence de presse en Floride, le candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump mentionne le prêtre égorgé Saint-Etienne-du Rouvray et estime que la France "n'est plus la France".

Lors de ce discours, le milliardiaire cite un "ami", qui, dit-il, voulait se rendre en France "il y a trois ou quatre mois". "Je l'ai vu hier. Je lui ai demandé tu as aimé la France? Il m'a dit, je n'irai pas en France. Je n'irai pas en France", a raconté Trump. "Ils ne vont pas m'aimer pour dire ça, mais regardez ce qui s'est passé à Nice (où 84 personnes ont été tuées le 14 juillet dans un attentat au camion-bélier, Ndlr). "Vous avez vu ce qui s'est passé hier avec le prêtre (...) La France n'est plus la France", insiste le magnat de l'immobilier.

21h - La marche blanche de jeudi à Saint-Etienne-du-Rouvray interdite

La préfecture de Seine-Maritime a décidé d'interdire pour raisons de sécurité la marche blanche qui était prévue jeudi en hommage au père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, où se déroulera uniquement un rassemblement dans le stade municipal. Ce rassemblement organisé par la mairie communiste se déroulera à 18 heures au parc omnisports Youri Gagarine de la ville.

En dehors de cette cérémonie et de celles organisées par le diocèse, "pour des raisons de sécurité et d'organisation, toute autre manifestation (marche blanche, rassemblement) est interdite", a annoncé mercredi soir la préfecture dans un communiqué.

20h - Une vidéo montre les assaillants prêter allégeance à Daesh

Cette vidéo diffusée par l'agence Amaq, organe de propagande de Daesh, montre deux jeunes hommes à côté d'une bannière de l'organisation, l'un d'eux récitant en arabe avec un fort accent le texte traditionnel d'allégeance à l'"émir des croyants" Abou Bakr al-Baghdadi.

19h - Le deuxième terroriste présumé aurait 19 ans

Selon nos informations, le deuxième terroriste présumé pourrait avoir 19 ans, comme Adel Kermiche. Il serait originaire d'Aix-les-Bains.

Dans son quartier, c'est l'incompréhension d'après un journaliste de BFMTV sur place. Ses proches décrivent un jeune homme brillant, sa mère n'aurait pas eu de nouvelles depuis lundi soir.

18h45 - Un message politique du cardinal André Vingt-Trois

Pendant la messe, le cardinal André Vingt-Trois a appelé à ne pas se laisser "gangréner par le virus du soupçon". "On ne construit pas l'union de l'humanité en chassant les boucs-émissaires", a-t-il ajouté.

Le cardinal a aussi évoqué "le silence des élites devant les déviances des moeurs et la légalisation de ces déviances".

18h30 - Cérémonie d'hommage à Notre-Dame

La messe d'hommage à Notre-dame-de-Paris a débuté sous haute sécurité. Le chef de l'Etat, plusieurs membres du gouvernement, les présidents des deux chambres, des ténors de l'opposition sont réunis devant le cardinal André Vingt-Trois. Des représentants de cultes notamment juif, musulman et protestant sont présents.

18h20 - Le deuxième terroriste présumé déjà recherché

Selon nos informations, le deuxième terroriste présumé était recherché depuis plusieurs jours. Selon Dominique Rizet, consultant police-justice de BFMTV, "il est quasiment identifié" et était "susceptible de commettre un attentat sur le territoire national". Mais il "faut rester prudent", en l'absence de confirmation judiciaire.

15h45 - Une carte SIM retrouvée

Une carte SIM avait été retrouvée en janvier dans la cellule de l'un des deux terroristes.

14h20 - François Hollande va assister à la messe d'hommage à Notre-Dame-de-Paris

François Hollande, qui a annulé son déplacement en République Tchèque prévu ce mercredi, assistera ce soir à la messe en hommage au père Jacques Hamel qui sera donnée à Notre-Dame-de-Paris. Cet office sera présidé par le cardinal André Vingt-Trois et débutera à 18h15.

Selon nos informations, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve seront présents aux côtés du président de la République.

13h35 - Plusieurs médias décident de ne plus diffuser les photos des terroristes

Pour éviter tout phénomène de glorification, Le Monde et BFMTV ont décidé de ne plus diffuser les photographies des terroristes. "Face à l'accumulation des attentats en France, nous ne voulons pas créer un trombinoscope des terroristes", explique notamment Alexis Delahousse, directeur adjoint de la rédaction de BFMTV.

La radio Europe 1 a décidé d'aller plus loin en ne donnant plus sur son antenne le nom des auteurs des tueries. Le journal La Croix ne donnera plus que le prénom et l'initiale du nom de famille.

13 heures - Stéphane Le Foll en faveur d'une "évaluation" du bracelet électronique

Le porte-parole du gouvernement s'est prononcé en faveur d'une "évaluation" après la révélation qu'Adel Kermiche était sous bracelet électronique au moment de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray. Stéphane Le Foll a toutefois rappelé qu'"il y a une décision de justice, d'un juge sur cet individu, prise conformément à la loi". Insistant également sur "l'indépendance de la justice".

11h52 - "C'est avec les armes de la République que nous allons lutter et protéger"

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, fait un compte-rendu du conseil des ministres. Le chef de l'Etat a affirmé que "c'est avec les armes de la République que nous allons lutter et protéger"

11h50 - Cazeneuve "sevré des polémiques"

Face aux attaques de Nicolas Sarkozy, le ministre, qui se dit "sevré des polémiques", rétorque: "Il peut y avoir des propositions de l'opposition retenues, mais on ne peut pas abandonner l'Etat de droit pour protéger nos valeurs. Ce serait une forme de consécration de ce que les terroristes veulent atteindre."

11h40 - Sortie du conseil de défense

"Cet été, nous avons 56 événements à sécuriser sur le territoire", explique Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur. Pour les anticiper, il a demandé aux préfets d'entrer en contact avec les maires des communes concernées. Le nombre de militaires mobilisés pour l'opération Sentinelle montera à 10 000.

Par ailleurs, le ministre précise qu'après son appel à rejoindre la réserve opérationnelle, "2500 Français ont manifesté leur intérêt pour s'engager".

11h30 - Un site d'aide aux victimes

Le gouvernement vient de mettre en ligne un site destiné à venir en aide aux victimes de terrorisme: guide-victimes.gouv.fr. Il met à disposition les coordonnées d'associations et la liste de formalités à remplir.

11h15 - Qui est le deuxième assaillant?

L'identité de l'homme qui a accompagné Adel Kermiche dans l'église n'est toujours pas confirmée. Il a été défiguré au cours de l'opération. La justice attend le retour des analyses ADN pour confirmer son identité.

11h - La religion est un "prétexte" utilisé par "des totalitaires", estime Fillon

"La religion est un prétexte utilisé par des totalitaires (...). Ce sont des hommes qui veulent imposer au monde leur vision", a déclaré le député de Paris, candidat à la primaire à droite, sur RTL. "C'est une dénaturation de l'islam (...). Au fond c'est le pouvoir qu'ils cherchent", a-t-il poursuivi.

10h35 - Sarkozy se paie la gauche

Dans une interview au Monde, le président des Républicains estime que les attentats de janvier 2015 ont "sidéré" la gauche qui aujourd'hui est "tétanisée" et "se refuse à vraiment faire bouger les lignes de droit pour l'adapter à l'ampleur de la menace".

Le président des Républicains, quasi-candidat à la primaire de droite pour 2017, plaide à nouveau pour "un autre degré de riposte", rappelant que "depuis 2015, il y a eu huit attentats qui ont fait 236 victimes". "Est-ce que tout a été fait depuis dix-huit mois? La réponse est clairement non".

10h00 - Un conseil des ministres imminent

Le conseil des ministres a été avancé en raison du drame de Saint-Etienne-du-Rouvray. Il devrait commencer d'une minute à l'autre et sera largement consacré au drame de mardi.

9h30 - Le Conseil restreint de défense a commencé à l'Elysée

9h15 - Boubakeur parle du "deuil profond" des musulmans

Dalil Boubakeur évoque également le "deuil profond" et la "sidération" des musulmans devant ce qu'il qualifie de "sacrilège blasphématoire". Il suggère une "réforme" des "institutions" de l'islam en France. 

Autre annonce, la volonté des représentants présents de renforcer la sécurité sur les lieux de culte. "Nous avons profondément souhaité, les uns et les autres, que nos lieux de culte (juifs, chrétiens, musulmans...) soient l'objet d'une plus grande attention, d'une attention soutenue",dit-il.

9h10 - Une "contradiction des valeurs"

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, rappelle que la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray a été construite sur un terrain offert par la paroisse catholique de la ville. 

9h00 - Les représentants des cultes sortent de l'Elysée

La réunion de François Hollande avec les représentants des cultes est terminée. "Les relations harmonieuses qui existent entre les religions en France constituent une resource importante pour la cohésion de notre société. Nous ne pouvons pas nous laisser avoir par le jeu politique de Daesh", affirme Monseigneur Vingt-Trois.

8h30 - Pas de lien entre le mineur en garde à vue et l'attaque

Le mineur placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attaque commise mardi dans une église près de Rouen n'a "pas de liens" avec l'attentat d'après les premiers éléments de l'enquête, a indiqué mercredi Bernard Cazeneuve, qui reste cependant "très prudent".