BFMTV

Martine Aubry veut quitter la direction du Parti socialiste

Martine Aubry va quitter la direction du PS avec ses soutiens.

Martine Aubry va quitter la direction du PS avec ses soutiens. - Philippe Huguen - AFP

Le Parti socialiste n'en finit de plus de se déchirer. Martine Aubry a annoncé son souhait de quitter les instances dirigeantes du parti. Ses troupes devraient la suivre.

Le divorce est consommé. Fervente opposante à la politique menée par François Hollande et le reste de l'exécutif, Martine Aubry a annoncé au JDD son souhait de quitter la direction du PS. L'ancienne ministre socialiste est une habituée de la contestation, mais cette fois l'affaire prend une tournure plus concrète. Après avoir dit et redit depuis trois ans son opposition à la politique du gouvernement socialiste, la maire de Lille serait donc sur le point de claquer la porte.

"On ne demande rien"

Martine Aubry ne partirait pas seule. Elle emmènerait avec elles ses troupes, dont les députés François Lamy et Jean-Marc Germain, fidèles partisans de la maire de Lille.

"Nous allons sortir de la direction du PS, nous souhaitons en discuter avec Jean-Christophe Cambadélis", déclare Martine Aubry dans les colonnes de l'hebdomadaire.

Pas davantage de détails ne sont alors donnés.

Malgré ce coup de Trafalgar, Martine Aubry l'assure, elle n'a aucune vision à long terme.

"Je suis bien à Lille, j'y resterai" affirme-t-elle lorsque l'on évoque l'élection présidentielle de 2017. Et d'ajouter: "on ne demande le départ de personne - on ne demande rien d'ailleurs".

Les aubrystes résistent au gouvernement

Au passage, l'ancienne candidate à la primaire de 2012 adresse un tacle à peine voilé aux écologistes. "Ceux de mes amis qui ont été sollicités ont refusé d'entrer au gouvernement. On ne veut aucun poste. On veut simplement que ceux pourquoi on s'est battu toute notre vie soit préservé" tance la socialiste.

Avec ces départs, le PS est à nouveau fragilisé. La liste des frondeurs s'allonge et la perspective d'un conflit ouvert se précise. Au point que certains socialistes, comparent la situation à "la baie des Cochons version PS", allusion au fiasco de l'invasion de Cuba initiée par Kennedy en 1961.

dossier :

Martine Aubry

Paul Aveline