BFMTV

Manif pro-palestinienne à Paris mercredi: éviter les débordements

La manifestation pro-Gaza de samedi, à Barbès Paris, avait dégénéré en fin de cortège.

La manifestation pro-Gaza de samedi, à Barbès Paris, avait dégénéré en fin de cortège. - -

Après l'interdiction samedi de la manifestation à Paris, qui a dégénéré en affrontements violents, un nouveau rassemblement a été autorisé mercredi dans la capitale. Doit-on s'attendre à de nouveaux débordements?

Changement de stratégie du côté de la préfecture de police de Paris. Après avoir interdit samedi 19 juillet une manifestation à Paris en soutien à Gaza, qui a dégénéré en affrontements entre la police et une partie des manifestants, un nouveau rassemblement a été autorisé mercredi dans la capitale.

La nouvelle manifestation, organisée à l'appel du "Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens", s'élancera à 18h30 de Denfert-Rochereau vers les Invalides. Le service d'ordre sera assuré par la CGT, qui fait partie du comité organisateur, au côté de la Ligue des droits de l'homme, du Nouveau parti anticapitaliste, ou encore de l'Union nationale des étudiants de France. Le Parti communiste français mettra pour sa part ses équipes d'accueil sécurité au service de l'encadrement de la manifestation.

Sérieux des organisateurs

Pour autoriser la manifestation de demain, la préfecture de Paris se serait surtout basé sur le sérieux des organisateurs. Le "Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens" regroupe syndicats, associations et partis politiques, déterminés à éviter à tout prix les débordements.

"Nous pensons qu'il faut des modalités de contrôle de cette manifestation, que nous organisons nous-mêmes", explique Bernard Ravenel, président de l'Association France Palestine, au micro de BFMTV. "Et organisée en articulation avec les forces de l'ordre, donc de ce point de vue-là, nous pensons que les choses peuvent se dérouler de manière tout à fait satisfaisante," estime-t-il.

De son côté, l'UMP Christian Estrosi juge pour sa part "inadmissible" cette autorisation de manifester mercredi. "C'est une inconsistance de plus du gouvernement. Un coup j'autorise, un coup j'autorise pas", s'indigne-t-il.

Service d'ordre de la CGT

La CGT, membre du collectif, assurera le service d’ordre. Le syndicat est rôdé à la gestion de tels cortèges. Le dispositif sera complété par les équipes d’accueil du Parti communiste.

Il avait déjà choisi de participer à la manifestation de samedi à Barbès malgré son interdiction: le NPA fait aussi partie du comité organisateur. Pour le parti d’extrême gauche, l’autorisation accordée par la préfecture garantira plus de sérénité. "Au moment où la manifestation de Paris était interdite, toutes celles qui se sont déroulées en France, toutes celles qui ont été autorisées se sont déroulées calmement, et sans aucun incident", assure Sandra Demarq, membre de la direction du NPA.

Seule réserve du préfet: le parcours initial prévu entre République et Opéra. Le cortège défilera plutôt de Denfert-Rochereau à Invalides, un itinéraire jugé plus sûr. Et éloigné des lieux de culte juifs.

C. P. (vidéo: Alexis Cuvillier)