BFMTV

Les porte-paroles des gilets jaunes refusent de manifester au Champ-de-Mars

A la veille de la mobilisation des gilets jaunes à Paris, des porte-paroles du mouvement refusent que la manifestation se tienne sur le Champ-de-Mars, comme annoncé jeudi par le ministère de l'Intérieur.

La solution ne leur convient pas. Alors que le ministère de l'Intérieur a fait savoir jeudi que la manifestation des gilets jaunes programmée samedi à Paris pourra se tenir au Champ-de-Mars et non pas place de la Concorde comme voulu par les manifestants, des porte-paroles du mouvement expriment leur désaccord.Mêm

"Nous ne sommes pas partis pour faire un pique-nique géant sur un carré d'herbe"

Sur BFMTV ce vendredi matin, la porte-parole des gilets jaunes du Val d'Oise, Laëtitia Dewalle, qui a rejeté dès jeudi la proposition de Beauvau, a fait savoir que les manifestants veulent une "mobilisation citoyenne dans les rues de Paris", et non pas ce rassemblement dans le 7e arrondissement de la capitale. 

"Au niveau du Val d'Oise, nous n'irons pas au Champ-de-Mars. Nous ne sommes pas partis pour faire un pique-nique géant sur un carré d'herbe, mais bien pour faire une mobilisation citoyenne dans les rues de Paris", a-t-elle affirmé.

"Se retrouver parqués comme des petits moutons qui vont brouter de l'herbe ce n'est pas du tout notre objectif. Nous nous voulons être sur le terrain, nous voulons être entendus, écoutés, vus. Et le Champ-de-Mars ne répond en rien à la raison de notre mobilisation. Nous le collectif du Val d'Oise, nous n'irons pas là-bas", a encore fait valoir Laëtitia Dewalle. 

Rassemblement près des Champs-Elysées

Même son de cloche du côté du porte-parole des gilets jaunes à Toulouse, Benjamin Cauchy, qui a expliqué sur BFMTV que plusieurs participants à la manifestation parisienne se rendraient ailleurs qu'au Champ-de-Mars, en l'occurrence près des Champs-Elysées, soit une zone non autorisée par la préfecture de police.

"A titre personnel, comme tout gilet jaune, en liberté et en responsabilité individuelle, nous nous rendrons aux abords des Champs-Elysées", a annoncé Benjamin Cauchy. "Je crois qu'en tant que citoyen, je suis encore libre d'aller et venir dans les rues", a-t-il fait valoir, précisant bien qu'il s'agit du quartier des Champs-Elysées.

"Est-ce que vous croyez que ce n'est pas une provocation d'empêcher les citoyens d'aller et venir?", a interrogé le porte-parole toulousain. "Ce que vous ne comprenez pas c'est que les gilets jaunes, c'est un mouvement inédit. Nous ne sommes ni un syndicat, ni un parti politique. Les gilets jaunes sont un conglomérat d'initiatives citoyennes", a-t-il martelé.

Ce vendredi matin, la président du Rassemblement national (RN, ex-FN) Marine Le Pen a suggéré que les gilets jaunes puissent manifester sur les Champs-Elysées.

"Qu'est-ce qui justifie que le peuple français ne puisse pas manifester sur les Champs-Elysées, où beaucoup d'autres rassemblements (Coupe du Monde, Nouvel An...) ont lieu ?", a-t-elle demandé sur Twitter.

Marine Le Pen avait accusé jeudi le gouvernement de vouloir "minimiser le mouvement" en proposant le Champ-de-Mars, "qui est une place gigantesque".
A.S.